Se connecter S’abonner

Immobilier : les prix se stabilisent en Ile-de-France

Après une longue séquence de revalorisation, les prix stagnent en ce début de 2021 dans la région, selon les Notaires du Grand Paris. Seules exceptions : les maisons.

Budget
Crédit: iStock.

La hausse des prix décélère en Ile-de-France. Tel est le principal enseignement de la dernière note de conjoncture immobilière des Notaires du Grand Paris publiée ce jeudi 25 mars. Certes, à 6 690 euros en moyenne pour les appartements en janvier 2021, ils progressent encore de 5,2% sur un an. Idem pour les maisons, en hausse de 6,9% sur douze mois (de janvier 2020 à janvier 2021), à 333 200 euros. Mais les projections sur la base des avant-contrats laissent présager d’augmentations nettement plus limitées dans les mois qui viennent.

Les maisons échappent au ralentissement

Pour preuve, de mai 2020 à mai 2021, la hausse annuelle des appartements serait ramenée à 1,5% en Ile-de-France, en incluant une progression de 3,3% en petite couronne, de 1,5% en grande couronne et de 0,1% à Paris. « Un ralentissement est également à l’œuvre pour la maison mais il est beaucoup plus modéré compte tenu de la pression de la demande actuelle pour ce type de biens », relèvent les notaires. Ils pronostiquent ainsi une progression annuelle des tarifs des maisons de 4% dans la région en mai 2021, dont une revalorisation de 2,5% en Petite Couronne et un bond de 4,7% en grande couronne.

Paris marque nettement le pas

Ce n’est pas vraiment une surprise : la capitale est la lanterne rouge de l’Ile-de-France en matière d’évolution des prix. Les Notaires du Grand Paris rapportent ainsi une légère baisse de 1,1% sur la période d’octobre 2020 à janvier 2021. Entre-temps, les prix sont passés de sommets historiques (10 850 euros le mètre carré) à 10 730 euros le mètre carré. La glissade n’est pas finie puisque les projections conduisent à un prix moyen de 10 630 euros le mètre carré en mai, inchangé par rapport aux niveaux de mai 2020. 

Cependant, comme à Paris, un atterrissage en douceur des prix semble se dessiner dans les prochains mois en Petite et Grande Couronne. « Il se lit graphiquement sous la forme d’un plateau qui marque la stabilisation ou une tendance à une légère érosion attendue des prix », analysent les Notaires du Grand Paris

Volumes de ventes dans l’ancien élevés

Avec 42.160 ventes enregistrées de novembre 2020 à janvier à 2021, le volume de ventes de logements anciens reste élevé en Ile-de-France. « Les résultats sont même très légèrement supérieurs à ceux de la même période l’an dernier (+1%) », détaille le communiqué.

Quant aux maisons, elles bénéficient toujours d’une attractivité accrue. « Elles voient leurs ventes progresser de 6% en Ile-de-France et surtout de 8% en Grande Couronne aux mêmes dates », précisent les notaires. Dans Paris, les volumes de ventes sont, eux, à nouveau marqués par une légère baisse de 6%.