Se connecter S’abonner

Rénovation : les conséquences de la fin des offres à 1 euro

Les offres à 1 euro s’arrêteront au 1er juillet prochain, ce qui entraîne une baisse des aides à la rénovation pour les plus modestes.

rénovation énergétique
Crédit : iStock.

Une bonne nouvelle pour éviter les arnaques, une moins bonne pour les propriétaires les plus modestes. En effet, si la fin des offres d’isolation des combles à 1 euro au 1er juillet 2021 permettra de limiter les propositions douteuses, elle signifie aussi une baisse des aides pour certains travaux de rénovation qui concernent les foyers les moins riches. Selon Le Figaro, l’installation d’une chaudière à très haute performance énergétique et l’isolation plancher vont être particulièrement impactées. Ainsi, le reste à charge passera à près de 1.900 euros pour les ménages les plus modestes, au lieu de 1.300 euros selon le quotidien, pour qu’ils installent une chaudière moins énergivore. Pour isoler leur plancher, ces ménages devront même payer 1.000 euros de plus, soit 1.800 euros de reste à charge.

Près de 760.000 ménages seront concernés au total selon le ministère de la Transition écologique. « Dans les moins de trois mois, les aides vont baisser de moitié pour les Français », précise au Figaro Nicolas Moulin, fondateur de PrimesEnergie.fr. « Il est donc urgent de signer le devis d’ici le 30 juin s’ils veulent bénéficier des aides sur ces deux postes », ajoute-t-il. En effet, ces aides concernent des rénovations partielles, alors que l’ambition du gouvernement est de favoriser les rénovations globales, avec la mise en place de MaPrimeRénov’ en janvier 2020.

Petit à petit

Cependant, les professionnels estiment que la rénovation de fonds en comble ne concerne pas tout le monde, notamment pas les plus modestes. « Nous n’assistons pas encore à une envolée des demandes. En trois mois, nous n’en avons reçu que 1.000, venant de ménages plutôt aisés », assure Nicolas Moulin, qui précise encore que pour l’isolation des combles, le site PrimesEnergie.fr reçoit 8.000 demandes par mois. Les Français seraient donc plus enclins à rénover petit à petit, selon l’expert. Il incite les propriétaires à réaliser par ailleurs un audit énergétique pour connaître la teneur des travaux à faire chez eux.