Se connecter S’abonner

Immobilier : les prix repartent à la hausse à Paris en avril 2021

Pour la première fois depuis huit mois, les prix de l’immobilier remontent dans la capitale, selon les derniers chiffres de Meilleurs Agents.

Prix
Crédit : iStock.

« Après plusieurs mois de grisaille, la capitale retrouve des couleurs ». Les prix de l’immobilier à Paris sont à nouveau en hausse au printemps 2021, de 0,3% sur un mois (avril), après huit mois d’incertitudes, selon les derniers chiffres publiés par Meilleurs Agents, le 1er mai. La capitale française profite d’un regain d’activité comme les dix autres plus grandes villes de l’Hexagone, précise l’expert. Toutefois, elle est la seule à avoir enregistré une baisse significative de ses prix au cours de l’année écoulée, soit un retrait de 2,1% tous arrondissements confondus. A contrario, Strasbourg a vu ses prix grimper de 5,7%, ainsi que Nantes, à 5,3%. Rennes et Marseille ont connu des hausses de 4%.

En revanche, sur un an, Bordeaux a aussi connu une baisse, mais moins importante, de 0,6%, résistant beaucoup mieux que Paris. C’est aussi le cas de Toulouse (-0,6%) et de Montpellier (-0,8%). Les prix continuent de baisser dans ces villes au mois d’avril 2021 sur un mois : -0,4% à Bordeaux et à Rennes, -0,5% à Toulouse et -0,1% seulement à Montpellier. Au niveau national, les prix ont augmenté de 0,2% sur un mois. Ils ont donc grimpé à Paris, mais aussi à Nice, Strasbourg et Lille, de 0,3%, et de 0,5% à Lyon. Enfin, ils affichent une hausse de 0,6% à Marseille et à Nantes.

Plus d’acheteurs

Autre signe de reprise dans la capitale, le nombre d’acquéreurs augmente, soit 10% de plus que de vendeurs, contre 5% fin décembre. Les délais moyens de transactions sont également plus courts, de 49 jours en moyenne.

Toutefois, Meilleurs Agents reste prudent et attend de voir le rebond des prix dans la capitale se confirmer : « les principaux motifs de ce tassement des prix (vie parisienne en berne, désamour pour les petites surfaces, ‘fuite’ post-confinement, pouvoir d’achat immobilier très faible) sont encore là », rappelle le communiqué.