Se connecter S’abonner

Énergie : les utilisateurs de chaudières au fioul ne comptent pas forcément en changer

Les chaudières au fioul bénéficient d’un sursis et leur fin est prévue à la mi-2022. Or une enquête révèle que près d’un propriétaire sur deux déclare ne pas envisager d’en changer.

chauffage
Crédit: iStock.

Les propriétaires de chaudières au fioul bénéficient d’un petit sursis. En effet, leur fin a été repoussée à la mi-2022, au lieu du 1er janvier 2022 dans l’ancien, selon la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili le 3 juin. Il sera alors impossible d’installer une chaudière à fioul neuve chez soi, même en cas de panne impossible à réparer. Près d’une personne sur deux déclare que cette interdiction ne la poussera pas à changer d’énergie dans les cinq années à venir, selon un sondage mené par Hellio et Fioulreduc et publié le 8 juin. Pour près de la moitié, soit 47%, la raison principale est que leur chaudière fonctionne bien. De plus, 17% disent ne pas avoir les moyens d’en changer et la même proportion affirme que c’est la solution la moins chère concernant leur situation.

Cette interdiction des chaudières à fioul inquiète les particuliers, soit 36% des consommateurs selon cette enquête. 32% disent même qu’ils sont mécontents de cette mesure et ne souhaitent pas changer de mode de chauffage. Les irréductibles disent qu’ils ne modifieront pas leurs habitudes de consommation (16%). A contrario, ils sont 13% à être satisfaits de cette mesure, estimant que c’est bien pour l’environnement.

Le biofioul comme solution ?

Hellio et FioulReduc se sont intéressés aux solutions envisagées par les particuliers pour changer de chauffage. Ainsi, ils sont 15% à dire que cette interdiction va les pousser à changer de chaudière, à plus ou moins court terme. Plus de la moitié, soit 52%, pense se tourner vers une pompe à chaleur. Autre solution, la chaudière à granulés de bois pour 32% d’entre eux, et enfin, 12% se tourneraient vers une chaudière à gaz. Les aides financières concernant les changements de chaudières représentent la plus grande motivation pour les personnes interrogées, soit 41%. Quant au biofioul, plus de la moitié des consommateurs, soit 51% des répondants, dit que cette option suscite la curiosité. Le biofioul est composé de biocarburants, pour réduire le taux de soufre et les émissions de CO2.