Se connecter S’abonner

Immobilier : la pression sur les prix augmente en Ile-de-France

En Ile-de-France, le dynamisme de l’activité immobilière a réactivé la hausse des prix, selon les Notaires du Grand Paris. 

immobilier à paris
Crédit : iStock.

Entre le mois d’avril 2020 et le mois d’avril 2021, les prix des logements ont augmenté de 4,1% en Ile-de-France. « La pression sur le marché des maisons est confirmée, avec des hausses de prix annuelles atteignant 6% », soulignent les Notaires du Grand Paris dans leur note de conjoncture immobilière, publiée ce jeudi 24 juin.

Cependant, la capitale reste à l’écart de ce mouvement de hausse avec une stabilisation de ses valeurs. Ainsi, en avril 2021, le prix au m² des appartements anciens est de 10.630 euros. Un montant sans grand changement par rapport aux mois précédents puisqu’il enregistre une hausse de 1,1% en un an. En revanche, le prix au m² des appartements devrait s’élever à 10.720 euros en août 2021 à Paris, soit une hausse de 1% en trois mois, selon les indicateurs avancés sur les avant-contrats. « Ce léger mouvement d’augmentation permettrait de compenser l’érosion constatée l’hiver dernier et au printemps », précise la note. En un an, les prix devraient se stabiliser avec une baisse de 0,2%.

Concernant le secteur de la petite couronne, les évolutions devraient être plus rapides avec une augmentation de 5,6% pour les appartements, selon les indicateurs avancés. Ce pourcentage serait de 6,1% pour la grande couronne. Enfin, « les plus fortes hausses des prix continueraient de s’observer pour les maisons », affirment les Notaires du Grand Paris. En petite couronne, il s’agirait d’une augmentation de 7,4%, alors qu’en grande couronne, elle serait de 7,7%. 

Des volumes de ventes très élevés 

Avec une demande toujours forte et des conditions de financement particulièrement attractives, les volumes de ventes sont toujours très soutenus. Ainsi, 40.130 logements anciens ont été vendus en Ile-de-France de février à avril 2021. Un chiffre supérieur de 20% de plus qu’en moyenne pour la même période ces dix dernières années. 

« Par rapport à la période de février à avril 2020, marquée par le premier confinement, l’activité a rebondi de 45%, avec plus de vigueur pour les appartements en Petite Couronne (+52%) et les maisons en Grande Couronne (+49%) », explique la note. Cette reprise a été un peu moins marquée à Paris, avec une hausse de 35%. 

Enfin, si le mois de février 2021 était en demi-teinte, crise sanitaire oblige, le nombre de ventes a significativement augmenté en mars et en avril 2021. « Il progresse de plus d’un quart par rapport à la moyenne des 10 dernières années pour ces deux mois », concluent les Notaires du Grand Paris.