Se connecter S’abonner

Immobilier : quelles sont les stations balnéaires bretonnes les plus prisées ?

Cette année, les prix de l’immobilier se sont envolés sur le littoral breton. Post-pandémie, les Français ont investi dans un appartement ou une maison dans la région.

résidences secondaires
Crédit: iStock.

La hausse du prix de l’immobilier se poursuit en Bretagne. Pour la deuxième année consécutive, le littoral breton est celui où les prix ont le plus augmenté, selon les chiffres de la chambre régionale des notaires au premier trimestre 2021 et rapportés par Les Echos. Ils ont progressé de +7,2% sur les 12 derniers mois et +13,5% en deux ans. 

Ainsi, les prix médians des appartements anciens ont augmenté de 10,8% en un an en Bretagne. Le prix des maisons rencontre, lui, une hausse de 9,6% et celui des terrains à bâtir a augmenté de 4,3%. Du côté des appartements neufs, le prix au m2 s’élève à 4.120 euros. Il a enregistré une hausse de 1,3%, précise le quotidien. Avec plus de 60.000 transactions sur les trois premiers mois de l’année, les volumes de vente connaissent aussi une hausse considérable. Un engouement qui s’explique « par des prix abordables, bien en dessous des tarifs pratiqués sur le reste de la Côte Atlantique ou en PACA, mais aussi par leur accessibilité depuis les grandes villes que ce soit en TGV ou en voiture », souligne dans Les Echos, Barbara Castillo-Rico, responsable des études économiques chez Meilleurs Agents. 

Forte augmentation dans le Morbihan

Sur les bassins de vie, les prix connaissent des variations importantes. Ainsi, pour une maison le prix peut varier de 75.000 euros à Rostronen (Centre-Bretagne) à plus de 400.000 euros à Rennes (Ille-et-Vilaine). C’est ce département qui rencontre la plus forte hausse des prix pour les appartements anciens. Concernant les maisons, le Morbihan a été le plus touché par l’augmentation des prix (+11,1%). 

Parmi les communes bretonnes les plus chères (hors Loire-Atlantique), on retrouve en haut du classement : Arradon (56) avec un prix moyen pour une maison ancienne de 510.000 euros. La Trinité-sur-Mer (56) prend ensuite la deuxième position (495.000 euros) et Cesson-Sévigné (35) la troisième avec un prix moyen de 455.000 euros. À la quatrième et cinquième place, on retrouve Saint-Grégoire (35), avec un prix s’élevant à 450.000 euros et Locmariaquer (438.000 euros). Viennent ensuite plusieurs villes d’Ille-et-Vilaine :  Rennes (430.000 euros), Saint-Briac-sur-Mer (430.000 euros), Saint-Lunaire (427.500 euros). À la neuvième place, on retrouve Larmor-Plage (56) et son prix moyen de 420.000 euros. Toujours dans le Morbihan, la commune d’Arzon est à la dixième position (400.000 euros).