Se connecter S’abonner

Immobilier : l’intérêt pour les extérieurs se confirme

Les Français regardent en premier s’il y a un accès extérieur lorsqu’ils choisissent leur lieu d’habitation selon une étude.

immobilier - prix
Crédit : iStock.

La crise sanitaire et les confinements ont un impact indéniable sur les aspirations immobilières des Français. Ainsi, ils sont 56% à déclarer privilégier un accès extérieur lorsqu’ils choisissent un logement, selon un sondage Harris Interactive pour Stéphane Plaza Immobilier publié le 7 juin. Cela peut être un balcon, une terrasse ou même un jardin. Ensuite, 56% disent regarder la connexion internet. Enfin, ils sont 45% à privilégier la performance énergétique de leur bien immobilier. Ces trois critères sont les résultats des confinements et de l’essor du télétravail, entre autres.

Concernant les aspirations des Français à se lancer dans un projet immobilier, ils sont 41% à envisager dans les deux prochaines années d’acheter, de vendre, de louer ou de mettre en location un bien immobilier. Les plus actifs et dynamiques sont les 25-34 ans et les CSP+. L’impact de la crise sanitaire est indéniable : 16% des sondés disent que leur projet immobilier y est directement lié. Le même pourcentage indique qu’au moment d’acheter une résidence secondaire, ils songeaient à pouvoir y résider en dehors des vacances, incités par la situation actuelle. Même chose concernant le fait de partir plus loin : 19% ont déclaré qu’ils avaient décidé de s’éloigner de leur lieu de travail pour un meilleur confort de vie à cause de la situation sanitaire. Cela concerne 39% des 25-34 ans et 25% des Franciliens.

6% des Français ont déménagé définitivement

Et les confinements ? Pour 70% des personnes interrogées dans ce sondage, cela s’est bien passé. Une majorité (87%) estime que leur logement était bien adapté, s’agissant notamment des personnes ayant vécu dans leur résidence secondaire. A contrario, les habitants d’Ile-de-France ou en appartement ont moins bien vécu le confinement. Pour près de neuf Français sur 10, la situation géographique du bien était bien adaptée, notamment pour les habitants des maisons et les seniors. Un Français sur six a changé de logement, surtout les 25-34 ans. Ainsi, 10% des sondés se sont confinés dans un logement provisoire et 6% ont définitivement déménagé.

Les Français ont plus envie d’habiter dans des lieux moins urbains, soit 64% d’entre eux, mais ils souhaitent garder des petits commerces à proximité. Presque la moitié des répondants, soit 47%, voudrait changer de cadre de vie, notamment les plus jeunes, les Franciliens et les CSP+.