Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : les taux restent historiquement bas au deuxième trimestre 2021

Après 1,13% au premier trimestre 2021, le taux moyen de crédit immobilier affiche 1,06% au deuxième trimestre selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Immobilier
Crédit: iStock.

Le taux moyen d’emprunt immobilier affiche à nouveau des baisses importantes : 1,06% au deuxième trimestre 2021, soit son plus bas niveau depuis 20 ans, contre 1,13% au trimestre précédent selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA publié le 20 juillet. Il était de 1,19% au quatrième trimestre 2020. Si l’on regarde les chiffres mensuels, le taux est aussi descendu à 1,06% en mai et en juin, contre 1,15% en décembre dernier, soit neuf points de base (pdb) de moins depuis décembre dernier, et 21 pdb depuis un an. « En dépit d’un rythme d’inflation qui se redresse, les taux des crédits immobiliers poursuivent leur lente décrue amorcée durant l’été 2020 », précise l’Observatoire Crédit Logement.

En effet, l’inflation atteint 0,79% en juin (soit l’indice des prix harmonisé, IPCH). Pourtant, les emprunteurs ayant le meilleur profil (soit ceux du premier groupe, qui rassemble les 25% d’emprunteurs dont le taux est le plus bas) peuvent obtenir des prêts avec un taux moyen inférieur à 1%, même sur la durée la plus longue. Ainsi, le taux moyen pour cette catégorie est de 0,78% sur 20 ans et de 0,64% sur 15 ans.

Huit mois de plus qu’en décembre 2020

De plus, la durée moyenne des emprunts accordés au deuxième trimestre augmente encore : elle est de 234 mois, contre 231 le trimestre précédent. Avec la hausse des prix des logements, cette hausse de la durée des prêts permet d’en absorber les conséquences et de contenir les taux d’efforts, sous la barre des 35%. C’est en juin 2021 que la hausse de la durée est la plus conséquente, soit une durée moyenne de 237 mois, soit huit mois de plus qu’en décembre dernier.

Enfin, le taux d’apport personnel est aussi supérieur au deuxième trimestre 2021, soit 20% de plus qu’au quatrième trimestre 2019 sur le marché du neuf (son point le plus bas), et 25% sur le marché de l’ancien. Le redressement de l’activité des marchés des emprunts s’est aussi poursuivi ce dernier trimestre.