Se connecter S’abonner

Immobilier : à Paris la baisse des prix a atteint 1,5% en un an

Longtemps moteur du marché immobilier national, Paris a vu ses prix reculer de 1,5% entre septembre 2020 et septembre 2021, indique MeilleursAgents.

immobilier

L’époque où Paris et les dix plus grandes métropoles françaises tiraient à elles-seules les tarifs vers le haut est révolue. MeilleursAgents tire cet enseignement après avoir étudié les prix de l’immobilier entre septembre 2020 et septembre 2021. Non seulement la capitale n’est plus un moteur, mais les variations qui y sont enregistrées ne se retrouvent plus dans les autres villes ou communes. Pour preuve, Paris est la seule grande ville française dont les prix moyens reculent depuis un an, indique un communiqué daté du mardi 7 septembre.

Désormais, la Ville Lumière affiche un prix moyen au mètre carré de à 10.451 euros/m² contre 10.643 euros auparavant. Et au cours de la période étudiée, seuls trois arrondissements ont vu leur prix moyen progresser : les IIe, XIIe et XIXe arrondissements. Dans les deux premiers, la hausse est d’à peine 0,2%, soit respectivement 12.585 euros et 10.358 par mètre carré. Dans le troisième  elle a atteint 1% (9.453 euros). Le VIIIe arrondissement affiche, quant à lui, la plus forte baisse (3,3%, 12.421 euros).

Plus de négociations

Un autre phénomène est mis en avant par l’étude. La négociation des prix se développe à Paris. Alors que 47% des ventes  se faisait au prix affiché au premier trimestre 2020, seuls 28% des propriétaires obtiennent désormais le prix demandé pour leur bien immobilier. Le fait qu’il y ait plus de négociations ne signifie pas pour autant les réductions sont plus importantes. La marge de manœuvre moyenne reste stable, à 5%.

« Toutefois, la perspective de voir Paris repasser à moyen terme sous la barre des 10.000 euros le mètre carré semble peu probable. Il faudrait pour cela que les prix essuient un nouveau repli de l’ordre de 5% », précise MeilleursAgents. Et ce d’autant que les taux d’intérêt du crédit immobilier restent bas et que le chômage recule.