Se connecter S’abonner

Immobilier : attention aux fausses annonces pour les étudiants !

Depuis le mois de septembre, les fausses annonces de location immobilière pullulent sur internet, au risque de tromper les plus jeunes.

Budget
Crédit: iStock.

Les escrocs profitent de la naïveté de certains étudiants pour leur proposer de fausses locations via des portails sur internet. Ils font pression sur eux, leur demandant de verser de l’argent pour réserver un logement, prétextant que le marché est tendu. Particulier à Particulier (PAP) alerte les utilisateurs dans un communiqué publié le 6 septembre contre ces fausses annonces. Sur 200 à 300 annonces qui font l’objet d’un contrôle particulier de la part de la plateforme tous les jours, parce que les propriétaires ne sont pas identifiés, entre 40 et 50 sont retirées du site et les utilisateurs bloqués. 

C’est beaucoup plus que d’habitude, plus du double qu’en 2019. PAP s’inquiète particulièrement pour les étudiants, qui représentent 39 % de l’ensemble des recherches de locations depuis le mois d’août. En général, les escrocs tentent de soutirer de l’argent de manière frauduleuse ou de récupérer les informations personnelles pour monter de faux dossiers de crédits à la consommation, prévient la plateforme. Pour éviter de se faire avoir, il faut éviter d’envoyer de l’argent avant d’avoir visité l’appartement et ne jamais envoyer d’argent sur des comptes Western Union ou équivalents, conseille PAP. 

Contrôle du titre de propriété

La plateforme assure mettre en place une série de contrôles des annonces qu’elle publie, en contrôlant par algorithmes les annonces, en excluant les personnes identifiées comme des escrocs, ou encore en relisant les annonces, en vérifiant les informations personnelles des propriétaires et les photos, ainsi que le descriptif du bien. Enfin, des documents sont demandés à tout nouvel annonceur, comme le titre de propriété ou la taxe foncière, et des preuves de son identité. 

De leur côté, les locataires peuvent signaler s’ils doutent d’une annonce, ou s’ils suspectent un annonceur, en se rendant sur le site PAP ou en téléphonant au service client. En cas d’arnaque avérée, la plateforme annule l’annonce et contacte les personnes qui y ont répondu.