Se connecter S’abonner

Immobilier : les raisons de l’augmentation des prix dans le neuf

Accéder à la propriété dans le neuf coûte de plus en plus cher aux Français qui souhaitent investir.

Immobilier neuf
Crédit : iStock.

Ces six derniers mois, dans les dix plus grandes villes françaises, les prix des appartements neufs ont augmenté, selon le baromètre du portail trouver-un-logement-neuf.com, publié vendredi 1er octobre, et rapporté par Le Parisien.

« Si les prix du neuf à Nantes, Nice et Strasbourg affichent de légères augmentations d’au maximum 1,5 % depuis mars et suivent le rythme de l’inflation, les prix s’envolent à Paris, avec plus de 9 % de hausse, contre + 3 % à Lyon, Bordeaux, Toulouse et Marseille », explique Céline Coletto, porte-parole du site Trouver-un-logement-neuf, dans le quotidien.

Pénurie de logements

Mais alors, quelles sont les raisons de cette hausse des prix ? La pénurie de logements est en partie responsable de cette augmentation des tarifs, avec comme conséquence une perte du pouvoir d’achat des Français. « En réalité, plusieurs phénomènes se conjuguent depuis quelques mois », souligne dans Le Parisien Stéphane Imowicz, président d’Ikory, une société de conseils spécialisée dans l’immobilier résidentiel. « D’abord, on est face à un très fort manque de foncier à la vente, les promoteurs qui ont du mal à trouver du foncier et se disputent les marchés mis en concurrence, ce qui fait flamber les prix des terrains et à la sortie, les prix de vente des lots », précise le professionnel.

Autres facteurs déterminants ? Les confinements successifs, mais aussi la modification de la date du second tour des élections municipales. « Un an avant les élections, beaucoup de maires en place ont pris les devants et gelé les autorisations de permis de construire pour ne pas déplaire à leur électorat », explique Stéphane Imowicz dans le quotidien. De plus, la plupart des nouvelles majorités municipales diminuent le nombre des permis accordés avec comme but d’éviter l’étalement urbain. La flambée des prix s’explique aussi par le retour des investisseurs institutionnels sur le marché du logement neuf. Au premier semestre, 70.402 logements neufs ont été vendus, soit 12 % de moins qu’au premier semestre 2019, avant la crise sanitaire.