Se connecter S’abonner

Logement : Emmanuelle Wargon veut inciter les bailleurs à pratiquer des loyers modérés

Selon la ministre du Logement, le parc social ne permet pas de proposer assez de logements à des prix abordables.

logement
Crédit : iStock.

« On ne peut pas laisser les prix s’envoler éternellement. » La ministre du Logement compte s’attaquer aux prix des loyers en France : Emmanuelle Wargon interpelle les acteurs du « parc privé existant pour réguler le marché et générer beaucoup plus d’offres à loyers modérés », indique-t-elle à Capital le 14 octobre. Selon elle, le parc social ne suffit pas. Alors, elle compte réformer le dispositif « Louer abordable », dit aussi « Cosse » : il permet à un propriétaire de bénéficier d’un abattement fiscal (allant de 15% à 85% selon le site de l’Anil) s’il loue à un prix inférieur à celui du marché. Il permet à certaines personnes d’accéder à des logements moins chers, sous conditions de ressources. « Le problème, c’est que cet outil est compliqué, qu’il se superpose avec deux autres dispositifs et que ses paramètres, loyers et critères fiscaux, ne sont pas bien calibrés. Si bien que les propriétaires ne s’y retrouvent pas », affirme Emmanuelle Wargon.

Le dispositif sera simplifié et les plafonds modifiés. « La décote sur les loyers et les réductions d’impôts seront calibrées pour que le dispositif devienne attractif, notamment dans les territoires les plus tendus, dans lesquels ce n’est pas le cas aujourd’hui », explique encore la ministre. L’objectif est de faire revenir des logements vacants sur le marché.

Deux milliards d’euros en 2022

Outre cette action à plus long terme, le gouvernement pousse à la construction de logements sociaux (250.000 en deux ans), enclenche la réforme des attributions de HLM, et poursuit l’encouragement à rénover les logements pour les rendre plus efficaces énergétiquement. L’enveloppe de MaPrimeRénov’ est augmentée d’un milliard d’euros, « ce qui porte le total des crédits budgétaires à deux milliards d’euros pour l’année 2022 », indique Emmanuelle Wargon à nos confrères. Ces primes ne seraient pas remises en cause selon elle, même si la majorité change après la présidentielle de l’an prochain.

« L’année 2022 sera une année de transition », pour toutes les aides accordées à la rénovation des logements. En janvier, un accompagnateur sera chargé de conseiller les ménages dans leurs travaux, sans obligation de leur part. « La seule situation dans laquelle on va les y obliger, c’est lors d’une mise en location », affirme la ministre du Logement. Par ailleurs, le gouvernement devrait lancer la petite sœur de MaPrimeRénov’ en début d’année prochaine. Baptisée Ma Prime Adapt’, elle sera destinée aux propriétaires qui souhaitent vieillir chez eux et faire des travaux pour adapter leur logement.