Se connecter S’abonner

Immobilier ancien : la hausse des prix se poursuit, surtout en province

Les avant-contrats montrent une hausse des prix sur un an en février de 5 % pour les appartements anciens et 10,1 % pour les maisons anciennes.

Immobilier
Crédit : Istock

Au troisième trimestre 2021, sur un an, l’accélération de la hausse des prix des logements anciens en France métropolitaine s’est poursuivie, affichant 7,4% selon les Notaires de France. Depuis le quatrième trimestre 2020, la hausse est plus marquée pour les maisons (+9% en un an au troisième trimestre 2021) que pour les appartements (+5,2%), « ce qui ne s’était pas produit depuis fin 2016 » soulignent les notaires.

Forte hausse en province

La province a dopé le mouvement de hausse, laissant voir une augmentation de 8,8% sur un an. Comme depuis le début de l’année 2021, la hausse des prix des maisons (+9,4% sur l’année au troisième trimestre) y est plus forte que celle des appartements (+7,5%). En Île-de-France, les prix des logements anciens sont également en hausse sur cette période, mais dans une moindre mesure, à +4 %.

Une progression nettement plus marquée pour le prix des maisons (+7 % sur un an, après +6 % au deuxième trimestre et +7,3 % au premier trimestre) que pour celui des appartements (+2,5 % sur un an, après +2,4 % et +3,6 %), selon les notaires. Comme pour l’ensemble du territoire, en Île-de-France la hausse annuelle des prix des maisons est davantage marquée que celle des appartements depuis le quatrième trimestre 2020. Ce qui ne s’était pas produit depuis 2016, observent les notaires.

Hausse poursuivie en février

Les projections issues des avant-contrats en France métropolitaine prévoient pour fin février 2022 une poursuite de la hausse annuelle des prix. Ainsi, de février 2021 à février 2022, les prix augmenteraient de 5 % pour les appartements anciens et 10,1 % pour les maisons anciennes. Sur les trois derniers mois, la hausse des prix serait moins marquée. Les évolutions seraient de l’ordre de +1 % en appartements et +2 % en maisons à fin février 2022 (contre respectivement +1,4 % et +2,5 % pour les évolutions sur 3 mois à fin septembre).

Enfin, les projections des avant-contrats mettent en lumière une augmentation des prix sur des villes et des agglomérations de taille moyenne comme Angers, Limoges, Dijon ou Saint-Nazaire. Au détriment de grandes villes comme Bordeaux, qui ont « probablement atteint un pic et qui connaîtront une stabilisation des prix voire une légère décrue ».