Se connecter S’abonner

Immobilier : légère remontée des taux de crédit en février

Quelques remontées de taux sont observées par les courtiers en crédit, même si les conditions restent encore très bonnes. Dans ce contexte plutôt haussier, attention aux refus de crédit du fait du taux d’usure.

crédit immobilier

Les barèmes des banques remontent. Dans le sillage de la remontée des taux d’emprunt d’Etat à 10 ans, plusieurs banques ont relevé leurs taux de crédit, de 0,10 jusqu’à 0,35 % pour l’une d’entre elles selon le courtier Vousfinancer. Des hausses pour l’instant « quasi indolores pour les emprunteurs », mais qui pourraient, si la tendance se poursuit, exclure les plus fragiles, notamment en raison des recommandations du HCSF, qui contraignent les banques depuis le 1er janvier. « En février, compte tenu de la hausse des taux de refinancement et de la remontée des taux d’emprunt d’État, les banques n’ont pas eu d’autres choix que d’augmenter leurs taux de crédit, sous peine de voir leurs marges sur le crédit immobilier se réduire », analyse Julie Bachet, directrice générale Vousfinancer.

« Pour autant, elles ont toutes des objectifs de production de crédit élevés et devront pour les atteindre rester compétitives ce qui pourrait les conduire à limiter la hausse des taux tout en veillant tout de même à préserver leurs marges », ajoute-t-elle. Ainsi, les courtiers constatent globalement une hausse des taux moyens en février : chez Pretto, compter désormais en moyenne 1% sur 15 ans, 1,12% sur 20 ans et 1,28% sur 25 ans. Chez Vousfinancer, les meilleurs profils peuvent tabler sur 0,70% sur 15 ans, 0,80% sur 20 ans et 1,05% sur 25 ans.

Taux d’usure : gare à « l’effet ciseau »

Reste que la remontée des taux de crédit dans un contexte de taux d’usure très bas peut poser problème à terme. Ces taux maximum au-delà desquels une banque n’a pas le droit de prêter se sont stabilisés en janvier, pour le 1er trimestre 2022, après plusieurs trimestres de recul dans le sillage de la baisse des taux de crédit. Ils restent ainsi en forte baisse sur un an, « faisant craindre un effet ciseau » pour les emprunteurs selon Vousfinancer : à savoir aboutir des refus de prêt pour ceux qui auraient été finançables d’un point de vue de leur endettement et reste-à-vivre.

Source : Vousfinancer

Quelle tendance à venir ? Dans ce contexte, « les banques prévoient dans les semaines qui viennent quelques nouvelles hausses et les taux affichés pourraient légèrement remonter, anticipe de son côté le courtier Meilleurtaux. Cela n’est pas synonyme de hausse brutale mais il est vrai que cette hausse des taux directeurs associée à une inflation assez nette justifient cette amorce de virage ». A voir si le mouvement se confirme, donc.