Se connecter S’abonner

Immobilier à Paris : quelle surface est-il possible d’acheter avec un budget de locataire ?

Avec un budget identique, les Parisiens perdent près d’un quart de surface habitable en passant du statut de locataire à celui de propriétaire.

logement
Crédit : iStock.

Pour les primo-accédants, investir dans l’immobilier parisien signifie le plus souvent se retrouver à acheter une surface plus petite que celle de sa location précédente, selon une étude de la start-up Virgil, rapportée par Les Echos, jeudi 10 février. Ainsi, un Parisien dont les revenus s’élèvent à 40.000 euros bruts annuels, et avec un budget mensuel de 890 euros pour louer ou rembourser un prêt, peut louer dans la capitale un 27 mètres carrés, mais acquérir un logement de seulement 20 mètres carrés.

Au total, l’écart moyen de superficie est de 26% s’il emprunte sur vingt-cinq ans à 1,50%. « Dans les quartiers centraux de Paris, l’écart entre la surface louable et achetable grimpe même à 35% », souligne après des Echos Saskia Fiszel, cofondatrice de Virgil. Ainsi, dans le 6e arrondissement, un locataire peut louer 23 mètres carrés, mais ne pourra s’acheter qu’un studio de 15 mètres carrés. Même cas de figure dans le 7e arrondissement, avec une location de 24 mètres carrés et la possibilité d’acheter un studio de 16 mètres carrés.

Un écart moindre dans le nord de Paris

Pour le même budget, les acquéreurs perdent aussi 8 mètres carrés dans le 1er, le 4e et le 5e arrondissement. « Les prix de l’immobilier ont explosé ces dernières années. La forte demande de logements touristiques a attiré les investisseurs, notamment dans le quartier du Marais, ce qui a eu un effet certain sur les prix. Dans les arrondissements périphériques, cette ruée des propriétaires investisseurs est moins flagrante », précise dans le quotidien la porte-parole de Virgil.

Dans le nord de Paris, l’écart entre la surface louable et achetable diminue. La perte de mètres carrés est de 26% dans le 18e, de 24% dans le 19e et de 23% dans le 20e.