Se connecter S’abonner

Enchères interactives : faut-il vendre un bien immobilier par ce biais ?

Plébiscitée dans certains pays, cette forme de vente immobilière aux enchères gagne des adeptes dans l’Hexagone, grâce à ses atouts : rapidité, flexibilité, transparence… Explications.

Haut débit sans fil



Chaque mardi, à l’Hôtel de la compagnie des notaires, dans le 1er arrondissement de Paris, c’est le même rituel : de petites mèches sont allumées à intervalles réguliers. Elles se consument à petit feu – la flamme s’éteint au bout de vingt à trente secondes –, le temps pour les investisseurs et acquéreurs réunis dans la salle de porter leurs enchères sur les biens immobiliers proposés. Cette cérémonie, un brin cocasse et suranné, s’appelle la vente à la bougie. Bien connue des initiés, elle permet parfois d’acquérir un logement à un prix attractif, si la concurrence des autres enchérisseurs n’est pas trop vive. A côté de cette vente organisée par les notaires, d’autres types de ventes aux enchères existent. Citons la vente judiciaire, axée sur des biens issus de saisies, de mises en liquidation ou de divorces, ainsi que la vente domaniale, qui écoule des biens issus du patrimoine de l’Etat.

Un nouveau phénomène : la vente aux enchères sur Internet

Moins connue, la vente interactive propose aux propriétaires de biens immobiliers de vendre rapidement, hors des circuits traditionnels. Une sorte de vente aux enchères 2.0, en quelque sorte, déjà très répandue dans les pays scandinaves (quatre transactions sur cinq à Stockholm, par exemple) ou en Australie. En France, les notaires et plusieurs start-ups se sont lancées sur ce créneau ces dernières années : Kantar, Imoxo, Enchères Immo… Leur développement est exponentiel. Et ce, pour la bonne raison que ces plateformes sont des « facilitateurs de vente ». Le prix de départ, généralement décoté de 10 à 30% par rapport à la valeur estimée, permet de susciter l’intérêt d’un maximum d’acquéreurs potentiels. Très utile pour les biens atypiques, qui autrement dormiraient sur les sites d’annonces immobilières.

Fini le « premier arrivé, premier servi »

Autre avantage de ce mode des enchères interactives : la transparence, synonyme d’une vente réalisée au juste prix. Rappelons en effet que depuis cinq ans, le marché immobilier actuel est si tendu que des biens peuvent se vendre en quelques heures. Or à ce jeu, c’est l’acquéreur le plus rapide qui emporte la mise, et pas forcément le mieux-disant. « Souvent, la frustration gagne les vendeurs : ils ont le sentiment que leur bien n’a pas été valorisé à leur pleine mesure », commente résume Louis du Clary, cofondateur d’Enchères Immo. Et d’ajouter : « La vente interactive permet de pallier ce problème : le prix atteint au bout du processus d’enchères est un véritable prix d’équilibre, en toute objectivité. »

Le vendeur reste maître de la transaction

Autre point important : le vendeur n’est pas tenu par ces enchères. Dans l’hypothèse où le prix final est inférieur aux attentes du propriétaire celui-ci a la faculté de ne pas donner suite. En revanche, une fois que l’offre sélectionnée est acceptée, elle découle sur un compromis de vente qui lie cette fois le vendeur à l’acquéreur. « Contrairement à une vente aux enchères classique, l’acheteur bénéficie du délai de rétractation de 10 jours », précise Louis du Clary.

Un processus en plusieurs étapes

Comment sont organisées les ventes interactives d’Enchères Immo ? En six étapes. Pour commencer, le propriétaire signe un mandat avec l’agence immobilière partenaire de la plateforme. Ensuite, une annonce est rédigée et diffusée sur tous les grands supports de communication Internet. Vient la période des visites et de la sélection des acquéreurs, qui doivent montrer patte blanche. Quatrième étape : les participants sont conviés à la vente interactive sur Enchères Immo. A la fin de la vente interactive, l’agent présente les meilleures offres au vendeur, qui sélectionne celle qui répond à ses critères. Enfin, un compromis de vente est signé entre les parties.

De bonnes surprises à la clé

De manière générale, le prix atteint à l’arrivée satisfait les exigences du vendeur, voire il dépasse ses attentes. Sur la plateforme Enchères Immo, une maison à rénover dans une commune de Haute-Savoie proche de la frontière franco-suisse a trouvé preneur à 94 500 euros, alors que le prix de départ avait été fixé à 35 000 euros. L’estimation de bien se situait, elle, à 74 000 euros. Bonus obtenu grâce à la vente interactive : 22%. Cet exemple n’est pas isolé et il est fréquent de constater, dans les enchères interactives, une dernière mise supérieure à la valeur estimée par l’agent immobilier. A noter que Kadran a lancé de son côté les enchères interactives dégressives. Dans cette formule, le prix de départ est surestimé et chaque offre est inférieure à la précédente.