Se connecter S’abonner

Europe : baisse des prix de l’immobilier en vue

L’agence Moody’s prévoit une baisse des prix de l’immobilier en Europe en raison de la hausse des taux. Mais le pouvoir d’achat des candidats ne devrait pas pour autant augmenter.

apport

C’est un effet mécanique basique du marché de l’immobilier : lorsque les taux grimpent, les prix ont tendance à baisser. La règle connaît cependant des exceptions et la hausse brutale des taux ces derniers mois dans un contexte de crises exceptionnel n’a pas encore fait sentir ses effets. Mais cela ne devrait pas tarder, selon une note de l’agence Moody’s relayée par Le Figaro. « Le risque d’un retournement du marché de l’immobilier en Europe et d’une large réévaluation du foncier résidentiel a augmenté », relève ce document. « Les prêts immobiliers devenant plus onéreux, la demande de logements va baisser, amenant probablement un assouplissement des prix de l’immobilier après plusieurs années de croissance », poursuit-il.

L’immobilier toujours victime de l’inflation

La nouvelle apparaît positive pour les candidats à l’acquisition, notamment les plus modestes. La hausse des taux, qui flirtent désormais avec les 2%, après des années d’argent « gratuit », a exclu une partie des acquéreurs potentiels, malgré le relèvement du taux d’usure. Mais selon Moody’s, à l’échelle européenne, cela ne suffira pas à relancer totalement le marché.

En effet, la baisse des prix, si elle a la possibilité de contrebalancer l’évolution des taux, ne devrait pas suffire à compenser l’inflation. Le pouvoir d’achat des ménages ne va donc pas augmenter. Par ailleurs, selon l’agence de notation, « la demande de logements va également souffrir d’une faible confiance des consommateurs, avec une aversion au risque croissante de ceux-ci, alors que le conflit russo-ukrainien continue d’alimenter l’incertitude économique. »

Une chute trop importante des prix serait de toute manière dommageable pour les banques, notamment françaises, ayant acquis récemment des titres financiers adossés à des prêts hypothécaires. Paris devrait être la première ville à subir cette baisse des prix, estimée à environ 3% sur un an. La baisse dans les autres villes pourraient en revanche se faire attendre un peu plus longtemps.