Se connecter S’abonner

Les prix de l’immobilier à Paris devraient encore baisser en 2023

Selon le baromètre de Meilleurs Agents, le prix de l’immobilier à Paris devrait passer sous les 10.000 euros du mètre carré en 2023.

encadrement des loyers
Crédit : iStock.

C’est historiquement la ville la plus chère de France. Paris est aussi la première à avoir vu ses prix redescendre, alors que le marché était porteur dans le reste de la France, et l’est toujours dans certaines villes malgré la crise. Selon le baromètre de Meilleurs Agents relayé par Le Parisien, la chute des prix de l’immobilier à Paris devrait encore s’accentuer en 2023. Après une baisse moyenne de 1,2 % enregistrée sur un an, le comparateur anticipe une accentuation significative, avec -3 % sur l’année. Surtout, le prix du mètre carré devrait repasser d’ici l’été sous la barre symbolique des 10.000 euros. Certains agents le constatent déjà dans plusieurs arrondissements.

Un retour à la normale pour l’immobilier à Paris

Paris avait déjà connu une perte de son attractivité avec la crise de la Covid et les confinements qui ont poussé les habitants à rechercher davantage d’espace et de verdure. Mais c’est surtout la hausse des taux après des années d’argent presque « gratuit » qui a nettement réduit le pouvoir d’achat des ménages. À cela, il faut aussi ajouter l’impact des nouvelles règles en matière de diagnostic de performance énergétique (DPE). Les logements les plus énergivores commencent à être interdits à la location, ce qui réduit la valeur de l’ancien pas encore rénové.


Il serait cependant exagéré de parler d’un effondrement du marché parisien. D’abord, parce que des taux autour de 3 % ressemblent davantage à une correction d’une anomalie qu’à un véritable bouleversement. Il ne faut d’ailleurs pas remonter au-delà de 2019 pour trouver des prix sous les 10.000 euros du mètre carré. « Cela serait inquiétant s’il ne se passait rien », résume le directeur scientifique de Meilleurs Agents, cité par Le Parisien. Il faut également s’attendre à un effet de palier avant un réel ajustement des prix. Les vendeurs risquent en effet d’avoir du mal à accepter de vendre sous les 10.000 euros. Mais à moyen terme, la baisse des prix à Paris pourrait redynamiser le marché en poussant les propriétaires à plus de souplesse. La capitale connaîtra toujours une demande importante, qui sera mieux satisfaite une fois que la baisse aura été acceptée. Elle reste donc un bon investissement à long terme.