Résidence secondaire : voici pourquoi votre taxe d’habitation peut être majorée

En consultant votre avis de taxe d’habitation, vous constatez qu’en plus des taux fixés par les collectivités locales, vous supportez une surtaxe pour votre résidence secondaire. Pourquoi ?

La taxe d'habitation d'une résidence secondaire peut-être frappée par deux types de majorations. ©Istock

En plus de votre taxe d’habitation sur votre résidence secondaire, vous pouvez avoir à supporter deux majorations. La première, au niveau national, est fonction de la valeur locative cadastrale de votre résidence secondaire. Si elle est supérieure à 4573 euros, vous avez une surtaxe à verser. Elle est de 1,2% pour une valeur locative comprise entre 4573 et 7 622 euros. Au-delà, la taxe est de 1,7%. A titre informatif, ce taux est de 0,2% pour l’habitation principale du redevable.

La seconde majoration de la taxe d’habitation sur votre résidence secondaire concerne les résidences secondaires situées dans les communes qui appliquent la taxe sur les logements vacants, notamment sur la Côte d’Azur. Elles peuvent voter une hausse allant de 5 à 60 % de la taxe d’habitation leur revenant au titre « des logements meublés non affectés à l’habitation principale ».

Vérifiez le calcul de votre taxe d’habitation

Vous pouvez vous trouver dans l’un de ces cas de figure ou dans les deux. La majoration sur la taxe d’habitation sur votre résidence secondaire est calculée sur le montant de cotisation de taxe d’habitation revenant à la commune. De plus, les frais de gestion perçus par l’Etat au titre du recouvrement de l’impôt s’appliquent à cette majoration.

Pour vérifier qu’il n’y a pas d’erreur des services fiscaux, vous devez reprendre la cotisation de taxe de la commune dans votre avis d’imposition, la majorer de la surtaxe applicable et y ajouter les frais d’assiette de l’Etat.

Sur le même thème

Résidence secondaire taxe d'habitation

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique