Vous allez sans aucun doute partager l’avis tranché et cru du ministre chargé des collectivités territoriales sur la taxe d’habitation

Depuis ce week-end, les positions du gouvernement bougent sans cesse sur la suppression de la taxe d’habitation pour l’ensemble des ménages. Le ministre chargé des collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, a exprimé un avis tranché et très négatif sur cet impôt.

©Istock

Le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu a estimé mercredi que la taxe d’habitation était bien « un impôt stupide et idiot » et que personne ne comprendrait qu’il ne soit pas mis à l’ordre du jour du volet fiscalité du « grand débat ».

« Le dégrèvement de 80% la taxe d’habitation sur 3 ans est dans le programme d’Emmanuel Macron. La question de 20% supplémentaire a émergé dans le cadre du débat ces dernières semaines », a souligné le ministre sur LCI après les tergiversations du gouvernement sur sa suppression pour les ménages les plus riches.

« Des voix se sont élevées pour dire: +cet impôt est stupide et idiot+. Je vous le confirme, c’est un impôt stupide et idiot », a ajouté Sébastien Lecornu estimant que « personne ne comprendrait qu’on ne mette pas ce sujet » en discussion « dans l’item fiscalité » du « grand débat ».

La question des ressources des collectivités locales

« Mais, en tant que ministre des maires, je suis attaché (…) à ce que les moyens, les ressources des collectivités territoriales soient sanctuarisées et protégées », a-t-il ajouté en soulignant que les premiers dégrèvements opérés « ont été compensés à l’euro prêt ».

A LIRE >>> La suppression de la taxe d’habitation va sans aucun doute avoir un impact sur le montant de la taxe foncière

« Je suis favorable à ce qu’on aille au bout, c’est-à-dire que 100% des foyers demain  ne paye plus la taxe d’habitation, parce que c’est un impôt qui est injuste dans la manière avec laquelle aujourd’hui il est organisé », a plaidé la porte-parole des députés LREM Aurore Bergé sur France 2.

« Dans les 20% des foyers les plus riches, on a aussi des foyers qui sont à 4000 euros de revenus mensuel à deux, donc on n’est pas non plus sur les plus riches des plus riches dans notre pays », a-t-elle argumenté.

L’Elysée a assuré mardi que la suppression de la taxe d’habitation pour les contribuables les plus riches serait bien « sur la table » du « grand débat » et pourrait être réexaminée, un sujet au centre d’une valse-hésitation de l’exécutif depuis le début du quinquennat. 

Sur le même thème

suppression taxe d'habitation taxe foncière

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique