Budget: la taxe d’habitation sera bien complètement supprimée en 2022

Lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ont rappelé qu’ils étaient favorables à une baisse des impôts. La suppression de la taxe d’habitation sera bien effective à la fin du mandat d’Emmanuel Macron.

Le ministre confirme : plus de taxe d'habitation en 2022. Crédit: Istock

Baisser les impôts … mais pas sans conditions. Mardi 2 avril, les députés ont évoqué les questions de fiscalité et des dépenses publiques à l’occasion d’un débat organisé dans le cadre du grand débat national. Etaient invités pour répondre aux questions, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire et celui de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Pas de « big bang fiscal »

D’entrée, Bruno Le maire a annoncé qu’il ne ferait aucune annonce, puisque le grand débat national n’est pas terminé et qu’il attend « la restitution des propositions des Français », note LCP. Cependant, il a rappelé ses idées en faveur d’une baisse des impôts … à condition que les dépenses publiques diminuent. Il a refusé tout « big bang fiscal », qui serait « le chaos et une augmentation des impôts pour des millions de nos compatriotes ». Le ministre de l’Economie a souligné que chaque français, en 2019, verra ses impôts baisser de 440 euros, à la suite des mesures du gouvernement.

A LIRE >>> Redevance télé: la suppression qui valait 3 milliards

La taxe d’habitation supprimée d’ici 2022

En réponse à la question d’une députée, Gérald Darmanin a réaffirmé que la taxe d’habitation disparaîtrait bien d’ici à 2022, relève France bleu : « Je vous confirme que nous avons à accomplir la promesse puis l’engagement du président de la République, pris à la fin de l’année 2017 de la suppression à 100% de la taxe d’habitation, sans les résidences secondaires, d’ici la fin du quinquennat du président de la République, c’est à dire d’ici l’année budgétaire 2022 ».

La mesure ne sera pas inscrite dans la loi tout de suite, en raison du mouvement des gilets jaunes et du grand débat national. Il faudra attendre septembre 2019 et le projet de loi de finances 2020. Ainsi, « tous les élus de France, avant de retourner devant les électeurs, notamment lors des municipales de 2020, [pourront] connaître effectivement quelle est la compensation, le dégrèvement, le remplacement, le renouveau de la fiscalité locale ». En janvier dernier, alors que circulait l’idée que la taxe d’habitation pourrait être maintenue pour les plus aisés, des maires avaient demandé au gouvernement des clarifications sur sa suppression.

Sur le même thème

Impôts taxe d'habitation

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique