Restauration de Notre-Dame: le ministre de la Culture promet de ne jamais confondre vitesse et précipitation

« Nous ne confondrons jamais vitesse et précipitation », a assuré le ministre de la Culture Franck Riester, à l’ouverture de l’examen au Sénat du texte consacré à la restauration de la cathédrale Notre-Dame, critiqué par les sénateurs comme « une loi d’exception » rédigée précipitamment.

Le projet de loi déjà adopté en première lecture par l’Assemblée nationale entérine l’ouverture d’une souscription nationale pour gérer les dons de particuliers, d’entreprises ou de collectivités qui ont immédiatement afflué après l’incendie qui a détruit le 15 avril la charpente et la flèche du monument. Pour les particuliers, il prévoit une majoration de la déduction d’impôt.

A LIRE >>> Notre-Dame: reconstruire la charpente en bois « probablement la bonne solution »

La partie du texte – examiné en première lecture – la plus controversée porte sur la création par ordonnances d’un établissement public destiné à assurer la conduite, la coordination et la réalisation des études et travaux. 

Tout aussi controversé, l’article habilitant le gouvernement à déroger aux règles d’urbanisme, d’environnement, de construction, de préservation du patrimoine ou encore de commande publique a été purement et simplement supprimé par les sénateurs dès l’examen en commission, avec l’assentiment de quasiment tous les groupes.

« Une restauration à la hauteur de sa splendeur »

« Oui, nous restaurerons Notre-Dame de Paris. Le président a fixé un objectif, 5 ans, c’est un délai ambitieux, volontariste qui permet de motiver les équipes et de mobiliser l’ensemble des acteurs concernés. Dans cette tâche qui nous attend, nous ne confondrons jamais pour autant vitesse et précipitation », a déclaré le ministre de la Culture.

A LIRE >>>
850 millions d’euros de promesses de dons pour Notre-Dame

« Nous devons offrir à Notre-Dame une restauration à la hauteur de sa splendeur, à la hauteur de ce qu’elle symbolise », a-t-il poursuivi. « Que nous aurait-on dit si nous n’avions rien fait ? », a-t-il lancé. « Car c’est à l’Etat d’intervenir pour protéger ce patrimoine commun, ce n’est pas un péché d’orgueil et ça n’est pas déplacé ». 

Aux donateurs, M. Riester a assuré qu' »ils ne seront pas trahis: leurs dons iront à Notre-Dame de Paris, uniquement et intégralement à Notre-Dame de Paris, à sa conservation, à sa restauration, à son entretien à court et moyen terme ».

Concernant l’article supprimé en commission, prévoyant « d’assouplir certaines dispositions », le ministre a affirmé qu’il s’agissait « essentiellement de questions de procédure », et qu’il n’était « pas question de piétiner le droit.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP
Mots-clés : Notre-Dame de Paris

Articles récents

Assurance vie Hélios Sélection du Conservateur: un contrat qui revêt plusieurs atouts

Mention « bien » dans nos Grands Prix 2019, ce contrat a plusieurs atouts, notamment un fonds en euros lucratif.

18/08/2019 19:16

Assurance vie Winalto de la Maaf: un contrat simple mais aux résultats mitigés

Le fonds en euros de ce contrat délivre un taux à peine au-dessus du marché.

18/08/2019 18:21

Investir dans une Sofica : risqué mais à fort pouvoir défiscalisant

Souscrire au capital d’une société de financement du cinéma et de l’audiovisuel (Sofica) permet de soutenir la production audiovisuelle et…

18/08/2019 13:21

Est-ce une faute que de demander tardivement le versement de la rente d’un Perp ?

Vous avez pris votre retraite et n’avez toujours pas demandé le versement de la rente viagère de votre Perp ?…

18/08/2019 08:27

Assurance vie Multi Vie de la Macif : un contrat qui retrouve des couleurs

Tous les contrats ont repris timidement la pente ascendante après des années noires.

17/08/2019 19:30

Assurance vie RES Multisupport de la MACSF: un contrat aux nombreuses qualités

Ce contrat jouit par ailleurs d’une offre financière d’une finesse incontestable.

17/08/2019 18:12