Rendement annuel, fiscalité… Ce qu’il faut savoir avant d’investir dans un groupement foncier viticole (GFV)

C’est un peu comme devenir propriétaire d’une parcelle de vignes ! A condition d’être prêt à débourser au moins 10.000 euros, vous pouvez acquérir une part de groupement foncier viticole (GFV). A l’origine du produit, la demande d’un vigneron exploitant qui souhaite mobiliser un capital important pour l’acquisition d’une parcelle. Le groupement intervient alors comme intermédiaire, en créant une société civile et en confiant la gestion de la propriété à l’exploitant par un bail à long terme.

L’épargnant, lui, devient associé du groupement, avec une quote-part calculée proportionnellement à son apport. L’intérêt patrimonial des GFV est fiscal et successoral. Ils sont réservés aux épargnants fortunés. Encore faut-il bien choisir son vignoble.

A LIRE >>> Les OPCI, cette autre façon d’investir dans l’immobilier

Le capital est-il garanti ?

Non.

Conseil. Les vignobles où investir L’investisseur ne doit pas se laisser guider parles seuls avantages fiscaux. Si la localisation et la qualité du foncier bâti comptent moins que pour un bien immobilier traditionnel, intéressez-vous tout de même à la valeur du vignoble sélectionné. Près de 80% des GFV proposés sont en région bordelaise. En général, rares sont les produits sur des appellations haut de gamme, telles que pomerol dans le Bordelais ou clos-de-vougeot en Bourgogne. Or, investir dans un vignoble renommé sera un atout dans votre manche au moment de la revente, si vous ne pouvez transmettre votre part.

L’argent est-il disponible ?

Récupérer son argent est plus ou moins difficile selon les opérateurs. Il n’existe pas de marché secondaire organisé. Mais il est parfois possible de céder ses parts à un autre associé du groupement. Attention aux frais d’environ 5%.

Combien ça rapporte ?

Les GFV distribuent au maximum 2 à 3% de revenus par an. Ce rendement évolue en fonction du prix du vin. A cette performance financière, il faut ajouter une part en nature, le souscripteur bénéficiant de bouteilles de vin ou de tarifs préférentiels sur leur achat auprès de l’exploitant. La valeur des parts, elle, est indexée sur l’évolution du prix du foncier.

A LIRE >>> Placement : investir dans le cinéma, c’est possible, mais ça rapporte ?

Quelle est la règle fiscale?

Les gains distribués sont  imposés selon leur origine. Il s’agit de revenus fonciers soumis au régime du micro-foncier, avec un abattement forfaitaire de 30%, ou imposables après déduction des frais réels. Une petite partie des sommes distribuées peut correspondre à des produits financiers. Ils sont alors soumis au prélèvement forfaitaire unique (30%) ou, sur option, au barème progressif. Pour l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), les parts sont exonérées à hauteur de 75% dans la limite de 101897 euros en 2019, puis de 50% au-delà de ce seuil. Idem pour les droits de donation ou de succession, l’exonération à hauteur de 75% s’appliquant jusqu’à 300000 euros. Les gains constatés lors de la cession relèvent du régime des plus-values immobilières. Par le jeu des abattements, ils sont totalement exonérés au bout de trente ans.

Où acheter ?

Les opérateurs sont peu nombreux. Parmi eux, les sites Intervignes.com et Meilleur-GFV.com, la société Vinea Transaction, et des groupements locaux, comme Les GFV Saint Vincent, spécialistes de la Bourgogne. Le courtier Patrimea en propose régulièrement.

Nos conseils 2019

Si ce placement fait rêver, il ne faut pas en oublier toute notion de valeur. Celle-ci dépend davantage du foncier que de la production. L’intérêt des GFV réside dans la réduction de l’IFI et l’optimisation de la succession qu’ils permettent.

Mieux Vivre

Partager
Publié par
Mieux Vivre

Articles récents

« L’or, dans un contexte de création monétaire débridée, va tirer profit de son statut d’actif réel »

Les cours des matières premières, et notamment ceux du pétrole, sont fortement chahutés en raison de la récession mondiale qui…

03/04/2020 17:51

Arrêt maladie : envoi des justificatifs par mail bientôt possible

Depuis le début du confinement, et parfois depuis bien avant, les demandes d’arrêt de travail ont explosé pour des milliers…

03/04/2020 17:38

Coronavirus : 3.000 agences immobilières pourraient disparaître selon la Fnaim

Le principal syndicat des professionnels de l’immobilier la Fnaim tire la sonnette d’alarme. Si le gouvernement ne revient pas sur…

03/04/2020 16:58

« Les besoins de la Nation sont assurés » selon le secrétaire d’État aux transports

« Il n’y a pas de pénurie en France » a assuré Jean-Baptiste Djebbari dans Ouest France. Le secrétaire d’État…

03/04/2020 16:23

Indépendants: nouveaux critères pour suspension de loyer et droit à une aide

Les travailleurs indépendants peuvent prétendre à une suspension du paiement de leur loyer et de leurs factures d’énergie s’ils correspondent…

03/04/2020 15:19

Le confinement permet de réaliser des économies

La majorité des Français (57 %) vit le confinement comme une parenthèse selon une étude de l’Observatoire Cetelem. Résultat, ils…

03/04/2020 13:18