Impôt sur la fortune immobilière: les recettes ont été plus importantes que prévu

Les 10% les plus riches assujettis à cet impôt représentent presque la moitié des recettes générées par ce successeur à l’impôt de solidarité sur la fortune.

L'IFI a rapporté 1,3 milliard d'euros. Crédit: Istock

Un impôt en chasse un autre. En l’occurrence, plus d’un an après la mise en place de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI, qui a remplacé l’ISF, impôt de solidarité sur la fortune), quel est le bilan de cette réforme, très décriée par les Gilets jaunes notamment ? Le député Joël Giraud (LREM), rapporteur général de la commission des Finances, a publié un premier rapport d’évaluation, relayé par Les Echos. Ainsi, 132 722 contribuables ont payé l’IFI en 2018, alors qu’ils étaient 358 000 contribuables soumis à l’ISF.

Ce sont les contribuables du 10e décile qui ont versé la plus grosse contribution : 43 697 euros en moyenne et par contribuable. Le 10e décile représente ceux qui ont un patrimoine taxable d’un montant supérieur ou égal à 3 578 733 euros. Vient ensuite les contribuables du 9e décile : ils ont versé en moyenne 13 981 euros alors que leur patrimoine taxable est compris entre 2 661 4507 euros et 3 578 733 euros. En comparaison, les contribuables du 1er décile ont versé en moyenne 1 777 euros, pour un patrimoine inférieur ou égal à 1 376 368 euros.

A LIRE >>> Impôt sur la fortune immobilière : le fisc lance déjà des contrôles

Des contribuables plus riches

Au total, cet impôt sur la fortune immobilière a rapporté aux caisses de l’Etat 1,3 milliard d’euros. Un montant supérieur aux attentes, car les données étaient parcellaires pour permettre une évaluation correcte. Les actifs imposables ont représenté 300 milliards d’euros, alors que sous l’ISF, les actifs nets imposables totaux représentaient 1 028 milliards d’euros.

A noter également, que ceux qui payent l’IFI gagnent mieux leur vie que ceux qui étaient redevables de l’ISF. Ces derniers avaient un revenu fiscal de référence moyen de 165 000 euros lors de la dernière année de l’ISF. Pour ceux assujettis à l’IFI, ce revenu moyen est de 234 000 euros.

Concernant les dons pour les associations, la niche fiscale a bien été maintenue. En 2018, elle a concerné 19 861 foyers fiscaux, soit 60% de moins que par rapport à 2017 et l’ISF. Le coût de cette niche fiscale a baissé de 30%, à 137 millions d’euros.

Sur le même thème

IFI Impôt sur la fortune

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique