Le gouvernement français décale d’un an sa réforme de l’impôt des non-résidents

Le gouvernement français a finalement décidé de décaler d’un an, au 1er janvier 2021, la réforme de la fiscalité des Français non-résidents , censée la rapprocher de celle des résidents et qui suscite des inquiétudes chez les Français de l’étranger.

« Ce décalage permettra au Parlement et au gouvernement de préciser les conséquences de la réforme sur la diversité des situations des non-résidents, d’assurer la pédagogie des changements prévus, et d’identifier les éventuels correctifs nécessaires », a expliqué jeudi le ministère des Comptes publics dans un communiqué.

A LIRE >>> Budget 2020: 72% des ménages gagneront en pouvoir d’achat

Actuellement, certains revenus de source française des non-résidents (traitements, salaires, pensions) sont soumis à une retenue à la source dérogatoire (avec trois tranches à 0, 12% et 20%). La réforme, votée l’an dernier et qui devait entrer en vigueur en janvier prochain, prévoyait que ces revenus soient désormais taxés à 20% dès le premier euro, puis à 30% au delà de 27.520 euros. Les contribuables auraient aussi pu choisir d’être imposés à un taux moyen, prenant en compte leurs revenus mondiaux.

Mais cette réforme faisait craindre une forte augmentation des impôts payés par certains non-résidents, une inquiétude relayée par les députés des Français de l’étranger. 

Un rapport attendu avant l’été

Le décalage d’un an doit notamment donner le temps au gouvernement de rédiger un rapport d’ici au 1er juin 2020 sur l’impact de la réforme, et à l’administration fiscale de calculer les taux de prélèvement à la source correspondant à la situation de chacun, précise Bercy.

Ce « moratoire » a été salué par les députés de la majorité représentant les Français établis à l’étranger. Dans un communiqué, ils affirment qu’ils continueront leur travail avec le gouvernement pour une réforme « qui permette de rétablir l’équité fiscale entre les contribuables, quel que soit leur lieu de résidence, d’améliorer la lisibilité des règles d’imposition et de tenir compte des situations particulières ».

A LIRE >>> IFI: pourquoi les dettes de la résidence principale ne sont déductibles qu’en partie

« La raison l’a emporté! », s’est encore félicité Frédéric Petit (Modem), député des Français de l’étranger (zone Allemagne, Europe centrale, Balkans), qui a porté l’amendement. 

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP
Mots-clés : Impôt sur le revenu

Articles récents

SCPI en démembrement : valoriser ses placements sans la fiscalité ?

La pandémie en cours n’a pas freiné les ardeurs des Français vis-à-vis de la pierre-papier. En témoignent notamment les chiffres…

03/07/2020 18:48

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

03/07/2020 18:35

Le CAC 40 clôt en léger repli une semaine positive

La Bourse de Paris a repris son souffle après son bond de la veille. Le CAC 40 a cédé 0,84%…

03/07/2020 18:30

Solocal (ex-Pages Jaunes) recapitalisé massivement par ses principaux créanciers

L’éditeur des Pages jaunes a trouvé un accord de refinancement avec ses principaux créanciers qui s’appuie sur une augmentation de…

03/07/2020 16:21

SCPI : que doit-on attendre d’un gérant ?

Sur quels critères juge-t-on un gérant ? Comment choisir une SCPI ? Détails

03/07/2020 15:51

Plus de 750 millions d’euros ont été désinvestis du charbon par les assureurs en 2019

La place financière de Paris dresse un premier bilan de la finance verte et durable, un an après avoir pris…

03/07/2020 15:44