Le budget 2020, à la teinte « gilets jaunes », au vote à l’Assemblée

Un an après les premiers « gilets jaunes« , l’Assemblée nationale s’apprête à voter mardi le projet de loi de finances 2020, tourné vers le pouvoir d’achat avec la baisse de cinq milliards d’euros de l’impôt sur le revenu mais rejeté par les oppositions.

A LIRE >>> Budget 2020: toutes les mesures qui vous concernent

Ce vote d’ensemble (recettes et dépenses) en première lecture aura lieu en fin de journée après les questions au gouvernement. Le projet de loi de finances devrait être largement voté par la majorité et repoussé par les oppositions LR, PS, LFI et communiste. Le groupe de centre droit UDI-Agir devrait être partagé entre pour et abstentions.

Adoption définitive en fin d’année

Le texte sera transmis ensuite au Sénat, qui doit démarrer son examen à partir de jeudi et jusqu’au 10 décembre, en vue d’une adoption définitive avant la fin de l’année. Ce scrutin intervient alors que les « gilets jaunes » viennent de célébrer leur premier anniversaire ce week-end en revenant sur les ronds-points, dans des manifestations émaillées de violences samedi à Paris.

Ce projet de loi de finances 2020 fait figure de réponse à ce mouvement avec comme mesures phares la réduction de cinq milliards d’euros de l’impôt sur le revenu pour 17 millions de foyers des deux premières tranches, et la poursuite de la suppression de la taxe d’habitation, pour 80% des foyers fiscaux à partir de 2020 et 100% en 2023.  « On est dans l’ensemble sur une relance en favorisant la demande », a expliqué à l’AFP le rapporteur général Joël Giraud (LREM), en reconnaissant que pour le reste, ce budget n’est « pas bouleversifiant » et vise à « tenir la maison ».

La droite a pointé du doigt les risques de voir les déficits se creuser. A gauche, les critiques se sont notamment concentrées sur le sort des 21 millions de foyers les plus pauvres, non imposables, et donc pas concernés par la baisse de l’impôt sur le revenu. 

A LIRE >>> Suppression de la taxe d’habitation, baisse de l’impôt sur le revenu… Les gagnants et les perdants du budget 2020

Jusque dans la majorité, des inquiétudes se sont aussi fait jour sur les coupes dans certains budgets comme l’Audiovisuel public, au regard de hausses notamment pour le budget de l’Elysée. Des restrictions de l’Aide médicale d’Etat (AME) pour les sans-papiers ont entraîné le départ d’une députée du groupe LREM.

Ambition « verte »?

Aguerris désormais à mi-mandat, les députés de la majorité présidentielle n’ont pas hésité à parfois laisser « battre » le gouvernement, en particulier pour maintenir le prêt à taux zéro, l’une des principales aides à l’achat d’un logement.

Ils ont poussé, comme l’opposition, pour des compensations à la hauteur face à la suppression de la taxe d’habitation, principale ressource des communes. Cette compensation sera « intégrale et durable », a encore promis la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault. Mais le sujet ne manquera pas d’animer le congrès de l’Association des maires de France, qui démarre ce mardi Porte de Versailles à Paris, avec la venue d’Emmanuel Macron, à quatre mois des municipales.

Autre critique, le manque d’ambition « verte » de ce budget. Le projet de budget comprend toutefois des mesures écologiques comme le durcissement du malus automobile, une hausse du gazole pour les transporteurs routiers ou le remplacement du crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des bâtiments (CITE) en prime réservée aux ménages modestes.

A LIRE >>> Impôt sur le revenu: votre taux de prélèvement devrait baisser en janvier, voici pourquoi

Trop peu ? « Il faut commencer à enfoncer un coin dans ce pays. On commence à amorcer la pompe de la fiscalité écologique », répond Joël Giraud (LREM). Mais la prudence est de mise, alors que la hausse des carburants avait été à l’origine de la crise des « gilets jaunes ».

En matière écologique toujours, un débat sur l’huile de palme a animé les ultimes discussions budgétaires la semaine dernière. Soutenus par le gouvernement, les députés l’ont dans un premier temps réintégrée à la liste des biocarburants bénéficiant d’un avantage fiscal, décision qui aurait pu profiter au groupe pétrolier Total et sa bioraffinerie de La Mède près de Marseille.

Après un tollé, notamment chez les écologistes, l’Assemblée a fait machine arrière lors d’un second vote. Le premier vote était « plutôt une forme de maladresse » car « l’ambiance est particulièrement difficile pendant le budget, il y a beaucoup de fatigue », d’après une « marcheuse ». Les séances ont débordé cette année encore, avec des amendements en nombre record sur certains crédits.  

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Comment faire quand un(e) époux(se) ne participe pas aux charges courantes du ménage ?

Votre conjoint(e) a quitté du jour au lendemain votre domicile, vous laissant seul(e) avec les enfants et les charges de…

08/12/2019 18:00

Immobilier: une erreur de diagnostic thermique ne permet pas d’exiger de fortes indemnités

Un acheteur soutenait que, pour atteindre la performance annoncée lors de la vente par ce diagnostic erroné, il lui fallait…

08/12/2019 11:25

Pouvez-vous bénéficier de l’exonération des droits de succession entre frères et sœurs ?

Vos frères et sœurs sont vos seuls héritiers ? Ils devront des droits importants. Mais il existe certaines situations dans…

08/12/2019 09:44

Immobilier: on vous aide à calculer les abattements pour année de détention de l’impôt sur les plus-values

En mettant en vente un appartement destiné à la location détenu depuis plus quinze ans, un acheteur est prévenu par…

07/12/2019 11:25

Immobilier : ils réunissent deux appartements sans autorisation, en ont-ils le droit ?

Dans un immeuble, des propriétaires ont créé un seul appartement en réunissant deux lots situés sur deux paliers différents sans…

07/12/2019 10:22