Dans quel pays la fiscalité est-elle la plus lourde ? (Indice: vous le connaissez plutôt bien)

La France est restée en 2018 le pays de l’OCDE où la part des impôts dans le produit intérieur brut (PIB) était la plus élevée avec 46,1%, soit le même niveau qu’en 2017, selon un rapport annuel publié jeudi par l’organisation.

Ces impôts, qui comprennent les cotisations sociales, pesaient en moyenne l’an dernier 34,4% du PIB dans les 34 pays de l’OCDE pour lesquels des chiffres étaient disponibles, d’après ce document intitulé Statistiques des recettes publiques.

A LIRE >>> Fraude fiscale : la France n’est même pas capable d’évaluer les montants soustraits au fisc

L’OCDE relève pour la première fois une quasi-stagnation de la part des recettes fiscales dans la richesse produite par ces pays, alors qu’elle était en augmentation constante depuis 2009.

En 2018, « les États-Unis enregistrent le recul le plus marqué (2,5 points de pourcentage à 24,3%), à la suite des réformes de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’adoption du +Tax Cuts and Jobs Act+ actant l’instauration de l’impôt de rapatriement unique sur les bénéfices réalisés à l’étranger », précise l’organisation.

En France, les cotisations de sécurité sociales au premier rang

L’OCDE relève toujours pour l’an dernier une augmentation de la part des impôts par rapport à la richesse produite dans 19 des 34 pays pour lesquelles des données sont disponibles. La fiscalité la plus faible est au Mexique, où elle ne s’élevait l’an dernier qu’à 16,1% du PIB.

En France, les recettes fiscales proviennent principalement des cotisations de sécurité sociale (à 36,4% contre 26% en moyenne dans les pays de l’OCDE), de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (à 18,6% contre 23,9%) et de la TVA (à 15,3% contre 20,2%). Les impôts sur les sociétés ne pèsent eux que 5,1% en France, contre 9,3% en moyenne dans la zone OCDE.

A LIRE >>> Impôts : on vous explique comment alléger la note

Selon l’Insee, qui utilise une méthode de calcul différente, les prélèvements obligatoires se sont élevés en 2018 à 45% du PIB français.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Le fonds souverain norvégien affiche son sang-froid face à la tempête boursière

Fort de sa performance historique enregistrée l’an dernier, et de son expérience des marchés, le fonds souverain norvégien observe avec…

27/02/2020 17:50

Tenté par une résidence à la montagne? Où investir pour pas très cher

Pour ceux qui apprécient le ski de fond, la randonnée, le VTT, les sources ... les Vosges, le Jura et…

27/02/2020 15:54

Assurance emprunteur: faire jouer la concurrence sera plus simple

La commission spéciale du Sénat a adopté un amendement qui renforce le droit au changement d'assurance emprunteur.

27/02/2020 15:48

Transmission : la réserve héréditaire et l’assurance vie sur la sellette

Annoncée discrètement par le président de la République, Emmanuel Macron, la réforme du droit des successions est bien en gestation.…

27/02/2020 15:41

Déjà près d’un milliard d’euros de pertes d’activité pour les entreprises françaises en raison du coronavirus

La publication des résultats annuels donne l’occasion aux entreprises de communiquer sur l’impact du Coronavirus sur leur activité. L’AFP a…

27/02/2020 14:40

Investissement locatif: Marseille, une ville attractive, ensoleillée mais… accessible!

Marseille cumule les atouts, dont celui du prix de l'immobilier, ce qui en fait une ville de prédilection pour les…

27/02/2020 13:59