Impôts: la France reste le pays au plus fort taux de prélèvements obligatoires 

Selon l’étude annuelle de l’OCDE, l’Hexagone reste le pays champion de la pression fiscale en 2018.

La part des impôts dans le produit intérieur brut (PIB) du pays atteint 46%. Crédit: iStock.

Suppression de l’impôt sur la fortune, diminution de la taxe d’habitation, baisse de l’impôt sur le revenu… Le gouvernement a lancé une politique de diminution des prélèvements, mais ça n’empêche pas la France d’être encore une fois la championne des impôts. Selon l’étude annuelle de l’OCDE détaillée par Les Échos, l’Hexagone se place en tête des pays développés au taux de prélèvements obligatoires le plus élevé en 2018. 

46% du PIB 

La part des impôts dans le produit intérieur brut (PIB) du pays atteint 46%. Ce chiffre n’a toutefois pas évolué depuis 2017, cela veut donc dire que le niveau de pression fiscale est stable. Dans la moyenne des pays de l’OCDE, cette part des impôts se situe à 34% du PIB. La France se trouve devant le Danemark et la Belgique.

Les cotisations de sécurité sociale sont les prélèvements qui pèsent le plus sur ce taux avec 36% contre une moyenne de 26% dans les autres membres de l’OCDE. Viennent ensuite l’impôt sur le revenu (19%) et la TVA (15%). En revanche, l’impôt sur les sociétés est plus léger en France que dans les autres pays développés avec 5,1% du PIB contre 9,3%. 

A LIRE >> Fraude fiscale : la France n’est même pas capable d’évaluer les montants soustraits au fisc

Une forte dépense publique 

La France a toujours fait partie des pays où les impôts pèsent le plus lourd. Dans les années 60, déjà, l’Hexagone était le pays champion des prélèvements obligatoires. Les pays scandinaves lui ont ensuite pris cette place jusque dans les années 2010. 

Ce taux élevé s’explique par des prélèvements obligatoires importants, mais aussi une forte dépense publique. Pour Les Echos, il faut tout de même accueillir ce chiffre avec une certaine précaution : « Une augmentation de ce taux peut refléter aussi bien une hausse des impôts que des rentrées fiscales dynamiques », écrit le quotidien.  

Sur le même thème

Impôt sur le revenu Impôts TVA

Réactions et commentaires

Sur la même thématique