Se connecter S’abonner

Impôts: 53% des Français sont prêts à payer plus pour de meilleurs services publics

La santé publique devient la priorité des Français et ils sont prêts à payer pour des services de qualité.

100% santé
Crédit: iStock.

C’est un niveau record : plus de la moitié des citoyens veulent des services publics plus performants, quitte à alourdir leurs impôts. L‘institut Paul Delouvrier a publié son baromètre de satisfaction des Français vis-à-vis des services publics pour l’année 2019. 53% préfèrent ainsi améliorer les prestations publiques, même si cela augmente les prélèvements. En 2013, cet avis était partagé par seulement 31% des sondés.

La santé prend la tête des priorités devant le chômage et l’emploi

Si les Français sont prêts à payer plus, c’est avant tout pour la santé. La santé publique devient en effet la priorité, devant l’emploi, le chômage et l’éducation nationale. 46% des citoyens pensent ainsi que c’est le domaine dans lequel l’État doit faire le plus d’efforts. La catégorie de population qui partage le plus cet avis est le troisième âge. L’emploi et le chômage sont tous les deux cités par 40% des personnes interrogées., soit une perte de 26 points en sept ans.

Une grande majorité de Français se dit également satisfaite des services publics (63%). Un chiffre qui augmente de dix points en un an. Une moitié de sondés exprime également leur satisfaction sur la fiscalité et la collecte des impôts. 81% des contribuables estiment que le service des impôts est satisfaisant. Il arrive en tête des neuf services publics étudiés par l’institut Paul Delouvrier.

A LIRE >> Santé: en France, les médicaments coûtent 16% moins cher que dans le reste du monde

Du jamais vu depuis 15 ans

Malgré leur satisfaction, les Français sont donc prêts à fournir des efforts financiers pour l’amélioration des services publics. Cette volonté augmente depuis six ans, sauf l’année dernière où la tendance s’est inversée. Avec 53% d’avis favorables à une augmentation des impôts, on observe le niveau le plus élevé depuis 15 ans et le début de ce baromètre. Pendant toutes ces années, cette opinion n’avait jamais été partagée par plus de 50% des personnes interrogées.