Se connecter S’abonner

La suppression de la taxe d’habitation pour les plus riches devrait être reportée

En signe de solidarité, le président Emmanuel Macron a annoncé que les 20% des Français les plus riches continueront à payer la taxe d’habitation encore quelques années, contrairement à ce qui était prévu.

Le président de la République a rejeté hier mardi 14 juillet toute création d’un nouvel impôt ou toute augmentation. Cependant, Emmanuel Macron a évoqué lors d’une interview télévisée la taxe d’habitation, précisant que « ceux qui payent aujourd’hui la taxe d’habitation pour lesquels on n’avait pas encore baissé, on peut peut-être attendre un peu plus d’années pour le faire parce qu’on est à un moment exceptionnel ». En clair, le chef de l’Etat repousserait la suppression totale de cette taxe pour les 20% des Français les plus riches. Elle était prévue en 2023.

Cette annonce est la première concernant la politique fiscale du gouvernement en lien avec les conséquences de la crise sanitaire. Le Premier ministre, Jean Castex, pourrait préciser cette annonce lors de son discours de politique générale mercredi 15 juillet. Il abordera les mesures économiques annoncées par le président de la République, notamment en faveur des plus jeunes et les pistes évoquées par Emmanuel Macron.

Pas de retour à l’ISF

Lors de son interview télévisée, le président de la République a une nouvelle fois rejeté le retour de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), transformé en Impôt sur la fortune immobilière (IFI). Pour lui, il n’est pas question de « revenir sur la partie où on taxe l’entrepreneur qui réinvestit dans l’économie (…). Et au moment où on relance, on a besoin d’investisseurs, de gens qui travaillent ». Il a aussi écarté une augmentation de l’imposition sur le revenu des ménages les plus riches.

Le Conseil constitutionnel pourrait mettre en garde le gouvernement

Concernant la taxe d’habitation, réforme majeure du programme présidentiel d’Emmanuel Macron, elle a disparu pour les 80% des Français les plus modestes. Sa suppression a commencé en 2018 et sera terminée à l’automne, soit un coût de 10 milliards d’euros pour les finances publiques. Pour les 20% des Français les plus aisés, soit les personnes célibataires avec un salaire de plus de 2.500 euros par mois, elle devait être supprimée d’ici à 2023. Cette mesure devait coûter 7 milliards d’euros selon les Echos. Mais son report annoncé devrait soulager les finances publiques : selon Bercy, cela rapporterait 2,4 milliards d’euros en 2021 et 2,9 milliards en 2022.

A LIRE >>> Plan de relance: les annonces d’Emmanuel Macron

Toutefois, ce report de la suppression totale de la taxe d’habitation ne devrait pas durer plus d’un an en raison d’un possible retour de bâton du Conseil constitutionnel. Ce dernier avait mis en garde le gouvernement fin 2017 contre le maintien d’une taxe pour seulement 20% des ménages. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a précisé sur France Inter le 16 juillet qu’elle sera bel et bien supprimée mais qu’une réflexion était en cours sur les modalités d’un report pour une partie des ménages. « Est-ce qu’on sépare les 5% les plus riches des autres ? On va regarder les options les plus justes » a-t-il précisé.