Mieux Vivre Votre Argent

Aide à la personne : la « contemporanéisation » du crédit d’impôt prendra du temps

Dans le cadre du prélèvement à la source de l'impôt, l'acompte sur le crédit d'impôt pour les services à la personnes devait initialement être versé en mars. Crédit: iStock.

Les particuliers qui emploient une aide à la personne bénéficient d’un crédit d’impôt égal à la moitié de prix du service. Or la question s’est posée de savoir comment obtenir ce crédit d’impôt avec le nouveau système de prélèvement à la source, qui impose de recourir à des ajustements. C’est pourquoi le gouvernement teste une nouvelle méthode, la « contemporanéisation » de l’impôt. « La formule que nous expérimentons consiste à déduire d’emblée les aides (dont le crédit d’impôt, mais aussi les aides versées par les départements) des factures que l’usager doit payer, de manière à ce qu’il ne décaisse que le net à payer. Cela soulage au maximum la trésorerie des ménages », explique Olivier Dussopt, le ministre délégué en charge des Comptes publics à MoneyVox. C’est « une grande simplification au profit de millions de ménages », poursuit-il.

Les particuliers encouragés à utiliser les services à la personne

Le ministre ne s’engage cependant pas pour une mise en œuvre d’ici 2022, calendrier initialement prévu. La phase de test entamée localement d’abord, dans le Nord et à Paris, a pris du retard en raison de la crise sanitaire. Cela fait un an que le gouvernement travaille sur ce nouveau dispositif. Le premier, qui a été retardé, devait concerner les personnes âgées et les handicapées.

A LIRE >> Impôts: exceptionnellement, le soutien scolaire sera éligible au crédit d’impôt

Le dispositif, qui a vocation à s’élargir à d’autres crédits et réductions d’impôt, devrait encourager les particuliers à employer des personnes à leur domicile. Car si embaucher une nourrisse, une femme de ménage ou une aide à la personne ouvre droit à une déduction d’impôt, le fait d’avancer les frais décourageait de nombreuses personnes puisque la déduction se faisait l’année suivante. Même si, avec le prélèvement à la source, le gouvernement a mis en œuvre une avance versée dès la mi-janvier.