Se connecter S’abonner

Impôts : la baisse de la pression fiscale devrait être au rendez-vous

En 2022, la pression fiscale devrait avoir diminué de 1,4 point en cinq ans, selon le Rapport économique social et financier qui accompagne le projet de loi de finances pour 2021.

prélèvement à la source

Alors qu’il était candidat à la présidentielle de 2017, Emmanuel Macron avait promis une diminution d’un point de la pression fiscale. Une promesse qui devrait être tenue. En effet, dans son rapport économique social et financier, le gouvernement prévoit un taux de prélèvements obligatoires pesant à hauteur de 43,7% du PIB en 2022. Ce qui équivaudrait alors à une baisse de 1,4 point de la pression fiscale au cours du quinquennat.

Pour ce qui est de l’équilibre budgétaire, les ambitions du président Emmanuel Macron ont changé. Du fait de la crise des gilets jaunes et du coronavirus, Bercy espère désormais ramener le déficit à 4,9% du PIB en 2022. 

Une embellie en 2025

Ce solde marquerait un net reflux par rapport à celui de -10,2% attendu en 2020, et à celui de -6,7% espéré en 2021. Selon le scénario inscrit dans le document le déficit reculerait à 4% en 2023 puis à 3,4% en 2024. S’il est respecté, il faudra patienter jusqu’en 2025 pour atteindre les 3%, avec un déficit à -2,9%.

A LIRE >>> Les impôts ont baissé de manière équitable entre les ménages et les entreprises en quatre ans

L’année 2025 devrait également coïncider avec une première embellie en matière de dette. Elle atteindrait 117,4% du PIB. En 2020, les prévisions oscillent autour de 117,5% mais elles sont pessimistes pour 2022, 2023 et 2024, après une petite amélioration en 2021. Un mieux qui s’expliquerait par un rebond de 8% de la croissance.

Des économies

Pour redresser les comptes, le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance mise sur un retour durable de la croissance. Le rapport économique social et financier mise sur une nouvelle progression de l’activité en 2022 (3,5%). D’autres suivraient en 2023 (2%) et en 2024 et 2025. Ces années-là, la hausse serait de 1,4%. Parallèlement, le gouvernement évoque des économies pour voir les déficits diminuer. Des économies qui devront être réalisées par… son successeur.