Se connecter S’abonner

Un crédit d’impôt créé pour inciter les bailleurs à renoncer à certains loyers

Avec le reconfinement, de nombreuses PME se retrouvent face à des difficultés de payer leurs loyers. Les bailleurs qui renoncent à une partie des loyers dus pourront bénéficier d’un crédit d’impôt.

Fisc impôts fermeture agences
Crédit: iStock.

Le gouvernement fait un nouveau geste pour atténuer les effets du deuxième confinement, qui pourraient être dévastateurs. Les bailleurs sont encouragés à renoncer à une partie des loyers dus par les entreprises de moins de 250 salariés qui se retrouvent face à de grandes difficultés économiques. Il s’agit notamment des commerces visés par une fermeture administrative, ou bien des cafés, restaurants ou encore hôtels et lieux culturels qui doivent régler leurs loyers alors que leur activité est à l’arrêt. En échange, les propriétaires peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt.

Les bailleurs qui renoncent aux loyers des mois d’octobre, novembre ou décembre 2020 (au moins un mois) pourront bénéficier de 30% de crédit d’impôt sur le montant des loyers abandonnés. De plus, cette aide peut être cumulée avec le dispositif d’aides du fonds de solidarité. Cette mesure annoncée quasi en même temps que le reconfinement sera intégrée au projet de loi de finances pour 2021 par amendement et il s’agit de la deuxième annoncée cette année concernant l’abandon de créances de loyers par les bailleurs.

Pas suffisant pour la CPME

De son côté, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a pointé du doigt le fait que cette mesure ne sera pas suffisante pour les commerçants qui ont dû baisser le rideau à nouveau, alors que les fêtes de fin d’année approchent et qu’ils réalisent normalement un chiffre d’affaires important à cette période.