Se connecter S’abonner

Déclaration d’impôts 2021 : faut-il rattacher ou non ses enfants majeurs

En France, le calcul de l’impôt nécessite de préciser la composition de la famille. Mais quels sont les avantages à rattacher ces enfants majeurs ? On fait le point.

impôts
Crédit : iStock.

Lorsqu’un enfant devient majeur, il est toujours possible de le déclarer dans votre foyer fiscal jusqu’à ses 21 ans ou même 25 ans, si ce dernier fait toujours des études. Dans cette configuration, le fait que l’enfant vive ou non encore sous le même toit que ses parents n’a pas d’importance. Le fait qu’un enfant majeur célibataire soit rattaché à votre foyer ouvre droit aux mêmes avantages que la prise en compte d’un enfant mineur, rapportent Les Echos. Pour les parents, le nombre de parts reste donc identique, comme avant la majorité de leur enfant. Si l’enfant majeur est toujours scolarisé, le rattachement permet de bénéficier d’une réduction d’impôts de 153 euros s’il étudie au lycée. La réduction est de 183 euros pour un étudiant dans l’enseignement supérieur.

En revanche, prenez garde si la personne majeure touche des revenus. Il faut alors les intégrer dans votre déclaration d’impôts, sauf si cela concerne des revenus bénéficiant d’une exonération. C’est le cas pour les indemnités de stages et les salaires des apprentis, dans la limite de 18.473 euros en 2020, ainsi que pour les salaires des étudiants de moins de 26 ans liés à leurs emplois effectués pendant les congés scolaires inférieurs à 4.618 euros en 2020.

Les limites aux déductions d’impôts

Le rattachement d’un enfant majeur au foyer fiscal permet aussi de bénéficier d’un abattement pour charges de familles aux personnes payant encore la taxe d’habitation. Cependant, le rattachement fiscal est tout de même plafonné. Revenus, situation familiale, nombre d’enfants à charge… Les arbitrages sont à étudier en fonction de votre situation.