Se connecter S’abonner

Aux États-Unis, les plus riches paieront plus d’impôts

Le « Projet pour les familles américaines » que Joe Biden présentera mercredi 28 avril devant le Congrès prévoit, notamment, de faire payer plus d’impôts aux plus riches.

impôts
Crédit: iStock.

Joe Biden, le Président des États-Unis, présentera dans la soirée du mercredi 28 avril les principales mesures du « Projet pour les familles américaines » devant le Congrès. Tour d’horizon. Plusieurs visent à faire payer davantage d’impôts aux contribuables les plus aisés.

Relever le taux maximal d’imposition de 37% à 39,6%

Cette mesure-phare du plan prévoit de refaire passer le taux maximal d’imposition de 37% à 39,6%, détricotant ainsi ce qui avait été adopté sous Donald Trump, lors de la réforme fiscale de 2017. Cette proposition concernera uniquement les 1% de foyers les plus riches, selon la Maison Blanche.

La fin des niches fiscales dont bénéficient les plus riches

Joe Biden veut en premier lieu augmenter les impôts sur les revenus du capital (ventes d’actions, de biens immobiliers, …) pour les 0,3% d’Américains les plus riches. C’est une promesse de campagne et il compte bien la tenir. Le taux d’imposition de ces revenus serait quasiment doublé, passant de 20% à 39,6%. Environ 500.000 foyers sont concernés par cette hausse d’impôts. Le projet prévoit également de supprimer la possibilité, pour les plus riches, d’échapper à l’impôt en transmettant leur patrimoine à leurs héritiers, « ce qui exacerbe les inégalités », mais aussi de faire payer des impôts sur leur revenu aux associés de fonds spéculatifs, « comme tout autre travailleur », sans pouvoir utiliser de niche fiscale comme c’est le cas actuellement.

D’autres niches seront supprimées, qui concernent les investisseurs immobiliers les plus aisés et les grosses entreprises qui déclarent des pertes commerciales. Enfin, le plan de Joe Biden veut donner à l’administration plus de moyens de contrôle, afin de s’assurer que « les riches paient ce qu’ils doivent ». Cela doit permettre de faire rentrer dans les caisses de l’Etat 700 milliards de dollars sur 10 ans.

Crédits d’impôts pour les familles

Le montant du crédit d’impôt accordé par enfant sera relevé, de 2.000 dollars actuellement à 3.000 ou 3.600 dollars selon l’âge de l’enfant. Le projet prévoit également de pérenniser la hausse du crédit d’impôt accordé pour la garde d’enfants, prévue dans le cadre du plan de relance adopté début mars.

Plus d’accès à l’éducation, de la crèche à l’université

L’administration veut mettre sur la table 200 milliards de dollars pour accueillir tous les enfants à la maternelle à partir de trois ans, de nombreux établissements publics ne les accueillant actuellement qu’à partir de 5 ans, et 109 milliards pour offrir deux ans de frais de scolarité à tous les étudiants dans les universités dites communautaires. Il est aussi prévu d’augmenter les aides aux étudiants à faibles revenus et de consacrer 9 milliards aux enseignants.

Faciliter la garde des jeunes enfants

Grâce à des aides financières, les familles des classes populaires et moyennes dépenseront, au maximum, 7% de leurs revenus pour la garde des enfants de moins de 5 ans. L’administration veut aussi aboutir dans dix ans à la garantie de congés maternité, parental ou maladie de douze semaines.