Se connecter S’abonner

Impôts : un nouvel outil pour gérer vos biens immobiliers

Les propriétaires de logements disposent désormais d’un nouvel outil mis en place par Bercy pour les aider à gérer leurs biens. Appelé à évoluer, il simplifiera, à terme, leur déclaration de revenus.

taxe foncière
Crédit: iStock.

C’est une première étape. La Direction générale des Finances publiques (DGFiP) a mis en place un nouvel outil utile aussi bien aux propriétaires de logements qu’aux agents du fisc. Accessible depuis le début du mois d’août via votre compte sur le portail impots.gouv.fr, rubrique “Biens immobiliers”, “Gérer mes biens immobiliers” (GMBI) n’en est qu’à ses débuts. Pour le moment, l’interface dématérialisée offre aux investisseurs une vision d’ensemble de leur patrimoine foncier. Les adresses des biens, leur surface, le nombre de pièces ou bien encore la catégorie d’habitation, etc, y figurent.

Au fil du temps, GMBI évoluera pour faciliter la déclaration des impôts des propriétaires, ainsi que la tâche des agents de la (DGFiP). Le service de télédéclaration sera opérationnel au quatrième trimestre 2022 pour la déclaration foncière et la liquidation des taxes d’urbanisme, selon le calendrier fixé par les impôts.

Résidence principale, secondaire ou bien loué

Et, à compter de janvier 2023, quand la taxe d’habitation ne concernera plus que les résidences secondaires et les logements vacants, l’outil permettra de connaître plus simplement l’usage des logements. Les propriétaires devront alors déclarer sur GMBI, si leur bien est leur résidence principale ou secondaire ou s’il s’agit d’un logement loué ou s’ils le louent. Dans ce cas, ils devront également mentionner l’identité des locataires et déclarer les loyers perçus. En cas de changement, l’interface devra être mise à jour. De leur côté, les agents des impôts n’auront qu’à comparer l’adresse de résidence principale mentionnée par les contribuables sur leurs déclarations de revenus.

GMBI devrait aussi jouer un rôle dans la révision des valeurs locatives cadastrales. Celle-ci est programmée dans le cadre d’une réforme qui devrait entrer en vigueur en 2026. Les propriétaires bailleurs devront déclarer sur l’interface les loyers pratiqués. Et ce, dès 2023. Cette collecte de données permettra ensuite de réviser les valeurs locatives. Ces dernières servent, notamment, de base d’imposition pour le calcul de la taxe foncière.

Dans un communiqué publié lundi 23 août, le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance précise que les collectivités locales peuvent également utiliser le nouvel outil. Au total, 34 millions d’usagers propriétaires de locaux ou titulaires d’un droit réel, (usufruitier ou nu-propriétaire, indivisaire, etc.) sont concernés.