Se connecter S’abonner

Impôts : pas de mauvaises surprises pour 2022

Le gouvernement n’a pas réduit les prélèvements obligatoires dans son budget 2022 présenté mercredi 22 septembre en Conseil des ministres, mais il a maintenu les baisses d’impôts prévues l’an prochain.

impôts
Crédit: iStock.

Pas de changement prévu l’année prochaine concernant les impôts. Le gouvernement a présenté son projet de loi de finances 2022 en Conseil des ministres, le mercredi 22 septembre. Aucune réduction des prélèvements obligatoires n’est prévue et les baisses d’impôts prévues seront bel et bien appliquées, souligne Le Figaro. Une nouvelle fois, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, et Olivier Dussopt, chargé des Comptes publics, se sont félicités d’avoir réduit les impôts à hauteur de 50 milliards d’euros depuis 2017, balayant les critiques venant notamment de l’opposition. En 2022, le taux de prélèvements obligatoires s’établira à 43,5% du PIB (contre 45,1% cinq ans auparavant).

Dans les détails du budget 2022 qui clôt le quinquennat d’Emmanuel Macron, la suppression de la taxe d’habitation a été confirmée, concernant les résidences principales. Elle a déjà disparu pour 80% des ménages les moins aisés l’an dernier. 20% des autres ménages ont connu une suppression progressive, avec un allègement de 30%. Enfin, une diminution de 65% est prévue en 2022 et la taxe d’habitation sera totalement supprimée pour les résidences principales en 2023. Les comptes publics supporteront 18,5 milliards d’euros au total pour cette mesure fiscale. 

Sécurisation du crédit d’impôt pour les services à la personne

Cela représente environ 1.600 euros économisés par foyer, selon la direction générale des Finances publiques, entre 2017 et 2022, à ajouter à la baisse du barème de l’impôt sur le revenu. Elle s’élève à 13,1 milliards d’euros d’argent non dépensé par les Français concernés, soit environ 720 euros par foyer, souligne encore Le Figaro. Un bémol toutefois pour les propriétaires de logements : si un couple de retraités aisés (90.000 euros par an à deux) vivant à Nice dans une maison avec extérieur, a économisé 1.050 euros en cinq ans, il a connu une explosion de la taxe foncière. Elle a augmenté de plus de 19% en 2017, contre 1,2% normalement prévu, selon l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi), avant de rebaisser dans la capitale azuréenne en 2018 et 2019. En effet, plusieurs villes ont augmenté les taux de taxe foncière pour pallier la suppression progressive de la taxe d’habitation, entre autres. 

Autre bonne nouvelle pour les particuliers concernant le budget 2022, la sécurisation du crédit d’impôt pour les services à la personne. En effet, le Conseil d’Etat voulait remettre en cause ce coup de pouce fiscal pour les services réalisés à l’extérieur du domicile. Cela concernait les trajets d’une nounou pour aller chercher les enfants à l’école, précise le quotidien, mais finalement, cette mesure n’a pas été retenue par le gouvernement et la liste des prestations éligibles au crédit d’impôt est sécurisée dans le projet de loi de finances 2022.

Baisse de l’impôt sur les sociétés

Enfin, le taux de l’impôt sur les sociétés continue de baisser pour atteindre 25%. Il était fixé à 33,3% en 2017. Cela représente 11 milliards d’euros de baisse pour les Finances publiques. Les impôts de production ont aussi diminué cette année, pour un montant de 10 milliards d’euros, sur 70 milliards au total. Par ailleurs, le gouvernement a également décidé de supprimer six niches fiscales et trois dispositifs dérogatoires, ou encore des taxes qui génèrent des rendements limités, comme « la tarification des déplacements urbains ». En tout, 64 petites taxes n’existent plus, soit 730 millions d’euros de revenus. Des mesures fiscales avantageuses ont été aussi ajoutées aux budget 2022 concernant les indépendants.