Se connecter S’abonner

Résidences secondaires : après Les Sables-d’Olonne, Marseille veut à son tour augmenter la taxe d’habitation

Comme d’autres grandes villes avant elle, Marseille s’apprête à voter une hausse de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires, rapporte Boursorama. Celles-ci ne sont, en effet, pas concernées par la réforme de l’impôt local. Les Sables d’Olonne ont fait ce choix lundi 27 septembre, indique France Bleu.

taxe d'habitation
Crédit : istock.

La taxe d’habitation comme levier pour remettre des biens immobiliers sur le marché de la location. Cette idée a déjà décidé Paris, Bordeaux, Nice ou encore Montpellier et Lyon à augmenter l’impôt local sur les résidences secondaires. Cette fois, c’est au tour de Marseille de proposer cette mesure. Le conseil municipal de la cité phocéenne votera vendredi 1er octobre, pour dire si, oui ou non, il est favorable à cette évolution, précise Boursorama. Le taux de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires devrait passer « de 20% à 60%, le taux maximal autorisé » par le Code général des impôts, a indiqué Joël Canicave, maire adjoint aux Finances et président du groupe de la majorité municipale.

Quelque 15.000 logements seront concernés par la surtaxe qui ne vise pas les biens immobiliers destinés aux locations saisonnières, sous réserve que cette activité rapporte plus de 5.000 euros par an. En effet, dans ce cas, les logements sont assujettis à « la cotisation foncière des entreprises CFE », due à la Métropole. « On attend de cette surtaxe que les logements à Marseille qui sont peu ou pas utilisés soient remis dans le circuit normal de la location », a expliqué l’élu à la presse, mardi 28 septembre. 

Un plan pour redynamiser le marché immobilier aux Sables-d’Olonne 

Pour la ville, l’adoption d’un taux plus élevé pourrait générer trois millions d’euros de recettes supplémentaires. Selon les chiffres avancés par l’élu marseillais, « si la mesure ne sera applicable dans la plupart des villes qu’en 2022, on sait que Paris, qui avait anticipé le vote de la loi, a pu remettre dans le circuit plus de 5% des logements en résidences secondaires dans la capitale », a détaillé Joël Canicave. 

Aux Sables-d’Olonnes, la décision de surtaxer les résidences secondaires a compter de 2023 a été votée lundi 27 septembre. La commune compte 40% de résidences secondaires et 3.000 sont inoccupées la plupart du temps, précise France Bleu. La création d’une taxe d’habitation sur les logements vacants a également été validée. Mais, pour qu’elle puisse être appliquée, la commune devra être classée en zone dite tendue. « La crainte que nous avons, c’est d’avoir de plus en plus de locations touristiques et de moins en moins de logements à l’année », explique Yannick Moreau, le maire, à la radio. L’élu espère que ces deux mesures dynamiseront le marché de l’immobilier et la ville dont la population est plutôt âgée. « Nous n’avons pas vocation à devenir une ville qui ne vit que 2, 3, 4 ou 5 mois par an », ajoute l’édile.

Face à ses mesures contraignantes, les Sables-d’Olonne ont également décidé d’accorder une aide pouvant atteindre 10.000 euros aux propriétaires qui accepteront de louer leur bien à l’année. Ceux-là pourront aussi bénéficier d’une majoration de 50% les aides à la rénovation énergétique, sans oublier des conseils, etc.