Se connecter S’abonner

Impôts : comment le fisc surveille les fraudes grâce aux données numériques

A l’aide de l’intelligence artificielle, les services de Bercy peuvent utiliser les données numériques pour détecter et contrôler les fraudeurs.

Impôts
Crédit : iStock

Pour lutter contre les fraudes, le fisc a recours à de nombreux moyens. La Direction générale des finances publiques (DGFIP) lance une expérimentation ce mois-ci dans neuf départements avant de l’élargir à la France entière en 2022. Le but ? Détecter les fraudeurs à l’aide des images satellites de Google afin de repérer les équipements et extensions non déclarés comme les piscines ou encore les vérandas.

« Cela consiste à recourir aux technologies innovantes d’intelligence artificielle et de big data afin de garantir une meilleure fiabilité des bases de la fiscalité directe locale à partir des prises de vues aériennes de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) », a expliqué la Direction générale des finances publiques (DGFIP), dans Le Parisien.

Croisement des données

Mais les images satellites ne sont pas le seul outil utilisé par les services de Bercy. Les services de l’Etat peuvent aussi avoir recours aux réseaux, comme l’explique LCI. Bercy se veut néanmoins rassurant, les données numériques seraient avant tout utilisées pour le croisement des données. Ainsi, depuis quatre ans, des millions de documents ont été triés automatiquement. En 2020, cela a permis de déclencher 30 % des contrôles fiscaux et de récupérer 800 millions d’euros, précise le média.

« Cette année, on devrait dépasser 40%. Et l’an prochain, nous espérons atteindre 50% », explique à LCI, Stéphane Créange, sous-directeur du service de la sécurité juridique et du contrôle fiscal à la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Les services de Bercy précisent utiliser seulement les données publiques, accessibles au plus grand monde.