Se connecter S’abonner

Impôts : il n’y aura pas de réforme de la redevance TV en 2022

Le sujet a été abordé à de nombreuses reprises, mais la réforme de la redevance audiovisuelle n’est pas encore à l’ordre du jour.

redevance télé
Crédit : iStock.

La contribution à l’audiovisuel public doit être payée à la mi-novembre et son montant s’élève à 138 euros. Même si la redevance TV fait l’objet de nombreux débats, elle ne sera pas réformée en 2022. Roselyne Bachelot l’a affirmé à l’Assemblée nationale mardi 26 octobre, selon La Correspondance de la presse. La ministre de la Culture a précisé que réformer cette contribution devait faire l’objet d’un « travail d’analyse technique approfondi ». C’est l’Inspection générale des finances et l’Inspection générale des affaires culturelles qui se pencheront à nouveau sur le dossier, d’ici à l’année prochaine. Rappelons que la redevance TV est adossée à la taxe d’habitation, qui disparaîtra totalement pour les résidences principales en 2023. Sa réforme semble incontournable d’ici là. Elle rapporte trois milliards d’euros par an, relève Le Figaro le 27 octobre.

Dans le passé, de nombreux rapports et missions ont été lancés sur le sujet. Un groupe de travail a été mis en place il y a un an et un rapport interministériel devait être remis au printemps 2020, mais il est introuvable, précisent nos confrères du quotidien. Autre initiative de réforme de la redevance TV, celle d’une trentaine de députés de la majorité qui proposaient à l’automne 2020 de remplacer la contribution à l’audiovisuel public par une « taxe universelle » de 100 euros. Elle serait payée par tous les Français, qu’ils disposent d’un poste de télévision, ou non. Mais l’amendement avait été retiré avant même d’être discuté.

Gagner du temps

Les précédents gouvernements ont aussi tenté de réformer la redevance TV. « Une fois de plus, on amuse la galerie »,confie un connaisseur du dossier au Figaro. « Il faut juste trancher. Bercy a clairement la main sur ce dossier et (le ministère de)la Culture espère peut-être faire évoluer le rapport de force », explique encore cette source, qui pense que le gouvernement souhaite gagner du temps en créant une nouvelle mission sur le sujet.