Se connecter S’abonner

Impôts : ces moyens de défiscaliser avant la fin de l’année

Vous avez encore la possibilité, jusqu’au 31 décembre, de faire baisser la pression fiscale sur votre budget. Sélection non exhaustive, avec Quintésens, des leviers encore possibles. Attention, tous ne sont pas adaptés aux mêmes profils de contribuables.

Crédit: iStock.

Entreprises, immobilier en direct ou indirect, épargne retraite, donations… En cette mi-novembre, il n’est pas trop tard pour se lancer dans certains placements défiscalisants. Tour d’horizon de vos options, avec le cabinet de gestion de patrimoine Quintésens.

L’épargne retraite

PER

Le Plan d’épargne retraite (PER) permet de déduire de vos revenus imposables vos mensualités ou autres versements. Dans la limite de 10 % de vos revenus professionnels de 2020 (avec un plafond de versements déductibles de 32 909 euros). Si vos revenus professionnels de 2020 étaient inférieurs à 41 136 euros, la déduction maximale passe à 4 114 euros.

« Dans une logique d’optimisation fiscale, le PER devient intéressant à partir d’une tranche marginale d’imposition de 30%. Une étude personnalisée chaque année peut permettre de gommer cette tranche afin d’optimiser au mieux sa fiscalité », commente Claire Pouget, directrice régionale Auvergne chez Quintésens. Reste que la carotte fiscale de ce concurrent de l’assurance vie ne doit pas faire oublier sa spécificité : le fait qu’il s’agit d’un produit retraite, dont les fonds restent bloqués jusqu’à cette échéance. Sauf à opter pour l’achat d’une résidence principale, cause de déblocage anticipé des fonds permis.

L’immobilier direct

Déficit foncier et LMNP

Vous êtes propriétaire de logements en location nue et le montant de vos charges est supérieur à vos revenus locatifs bruts ? Vous avez peut-être intérêt à procéder à une déduction des charges de vos revenus fonciers. Attention toutefois : ce levier concerne, là encore, plutôt les contribuables soumis à une tranche marginale d’imposition de 30% ou plus, selon Quintésens. Cette déduction est plafonnée à 10 700 euros, mais elle peut être reportée ou déduite pendant 6 ans sur l’ensemble des revenus. « La période actuellement est propice à cette opération. Les contribuables ont cumulé assez de trésorerie et les délais pour conclure l’opération avant le 31 décembre sont encore réalistes », note le gestionnaire de patrimoine.

Le statut de Loueur meublé non professionnel, ou LMNP, avec l’option Censi-Bouvard peut également être particulièrement intéressant, par exemple pour les résidences étudiantes. « Ce dispositif s’avère pertinent dès lors que vous souhaitez gommer un montant de 1 500€ d’impôts car les prix d’entrée en investissement peuvent parfois être inférieurs à 100 000 euros. L’autre atout est l’achat en hors taxe, donc 20% inférieur au marché », souligne Claire Pouget. En choisissant l’option avec amortissement, vous avez droit à une exonération sur les loyers perçus, ainsi que sur la plus-value immobilière après 15 ans de détention du bien.

Pinel, Malraux et Monuments historiques


Attention, c’est le dernier moment pour investir en Pinel ! Le dispositif actuel est voué à disparaître en 2023, remplacé par un « Pinel+« . Toutefois, même si son périmètre se restreint, il reste possible d’obtenir une réduction d’impôts. Le dispositif « restera même plus intéressant dans le cas d’investissements réalisés dans des logements situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et ceux qui satisfont des normes environnementales exemplaires puisqu’ils garderont leur niveau de déduction actuel », selon Claire Pouget.

Quant aux dispositifs Malraux et Monuments Historiques, ils permettent de bénéficier de réduction d’impôts en échange de l’achat d’un bien protégé. Le Malraux permet ainsi une déduction d’impôt à partir de 22% – et jusqu’à 30% en fonction de la zone d’investissement – sur le montant des travaux. Le dispositif Monuments Historiques, lui, donne droit à une déduction de 41 à 45% selon les cas, à lisser sur 3 ans. Ces dispositifs concernent les gros patrimoines, et donc les tranches marginales les plus élevées. « Attention à bien valider un programme et un début des travaux avant le 31 décembre avec versement d’acompte aux artisans avant la même date. C’est cet élément qui fera foi pour la datation de la déduction fiscale », avertit Claire Pouget.

L’immobilier indirect

La pierre-papier peut aussi s’avérer être un bon moyen de défiscaliser. Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) fiscales – en Pinel, Malraux, Monuments Historiques, etc. – offrent cette possibilité… en contrepartie de rendements souvent faibles et d’un risque de moins-value réel à la sortie. « L’avantage d’acquérir des parts dans une structure de ce type est que la réduction fiscale peut s’opérer immédiatement durant l’année de la souscription même si le projet ne commence que l’année suivante. C’est le meilleur levier à l’instant T et pour tous les budgets », explique Claire Pouget.

Les entreprises

FCPI / FIP

Investir dans l’économie réelle et des PME régionales, pour ce qui est du Fonds d’investissement de proximité (FIP), donne droit à une récompense fiscale. Ce levier permet une réduction d’impôt de 25% sur la base des montants versés à l’entreprise choisie. « Ce dispositif se destine à ceux qui ont une fibre d’entrepreneur et de mécène en soutenant les entreprises près de chez eux. La prise de parts dans ces sociétés se fait avec une obligation de garde de 5 ans », estime Claire Pouget. Attention, ces outils de défiscalisation sont réputés risqués. Bien réfléchir avant de s’y élancer.

La générosité

Les dons constituent un levier d’optimisation fiscale très efficace. « Pour les particuliers souhaitant soutenir une association qui leur est chère, le don pourra être défiscalisé à hauteur de 66% pour les associations culturelles, éducatives ou sportives et à hauteur de 75% pour les associations caritatives fournissant des repas, des soins ou un hébergement sans contrepartie », relève Claire Pouget. Ne pas oublier également les dons aux partis politiques et candidats en période d’élection présidentielle. La défiscalisation sera alors de 66% mais avec des plafonds à respecter suivant les cas.