Se connecter S’abonner

Impôts : les frais liés au télétravail à nouveau exonérés

Face au recours encore élevé au télétravail, pandémie de Covid-19 oblige, le dispositif exceptionnel mis en place en 2021 est reconduit cette année, a annoncé Bercy.

télétravail hybride
Crédit: iStock.

Cette année encore, les nombreux salariés ayant engagé des frais afin de pouvoir télétravailler, pandémie de Covid-19 oblige, vont bénéficier des mesures fiscales exceptionnelles mises en place l’an dernier. Dans un communiqué, publié mercredi 9 mars, Bercy annonce reconduire le dispositif afin de « tenir compte de cette situation exceptionnelle et de faciliter la déclaration de revenus de l’année 2021 ».

Ainsi, les allocations versées par l’employeur couvrant exclusivement des frais de télétravail à domicile, « à l’exclusion des frais courants généralement nécessités par l’exercice de la profession, qui peuvent prendre la forme d’indemnités, de remboursements forfaitaires ou encore de remboursements de frais réels, sont exonérées d’impôt sur le revenu, dans les limites de 2,50 euros par jour, 55 euros par mois et 580 euros par an », souligne le ministère.

Vérification des montants préremplis 

Par ailleurs, Bercy rappelle qu’il appartient « aux employeurs d’identifier, dans les informations qu’ils transmettent à l’administration fiscale, les remboursements ou les allocations exonérés d’impôt sur le revenu ». Ainsi, le montant du revenu imposable prérempli sur la déclaration de revenus ne devrait pas, en principe, inclure de telles allocations. « Les salariés pourront s’en assurer au moment de déclarer leurs revenus 2021, en vérifiant les montants préremplis par rapport à leurs bulletins de paie (ou l’attestation fiscale annuelle délivrée par leur employeur) », précise le communiqué.

Enfin, pour les salariés ayant opté pour la déduction des frais professionnels pour leur montant réel et justifié, les frais professionnels engagés au titre du télétravail à domicile pourront être déduits forfaitairement à hauteur des mêmes montants. « Le contribuable conserve la possibilité de les déduire pour leur montant exact si cela lui est plus favorable », assure Bercy.