Se connecter S’abonner

Piscines non déclarées : le logiciel du fisc fait de nombreuses erreurs

Google et Capgemini ont développé pour Bercy un logiciel d’intelligence artificielle pour traquer les piscines non déclarées.

impôts
Crédit: iStock.

Les contribuables sont en colère. Depuis plus d’un mois, près de 8.500 foyers des Bouches-du-Rhône ont reçu un courrier leur signalant une hausse significative de leur prochaine taxe foncière, rapporte Le Parisien. En cause ? Les piscines, devenues la cible du logiciel d’intelligence artificielle mis en place début 2021 par Google avec l’aide de l’entreprise Capgemini, pour la Direction générale des finances publiques (DGFiP).

Le logiciel a pour objectif de détecter par vue aérienne les piscines non déclarées. Problème : les erreurs sont nombreuses. Ainsi, dans les neuf départements où le logiciel est expérimenté, le taux d’erreurs est estimé à 30% selon les syndicats.

Des bâches bleues prises pour des piscines

« Avec les confinements, les gens se sont rués sur des piscines achetées chez Leroy Merlin ou Castorama. Or, ces piscines, bien souvent hors sol ou installées dans un trou, ne devraient pas être imposées. On considère que s’il faut la démolir pour la faire bouger, par exemple si le contour est cimenté, la piscine devient imposable. Or, le logiciel n’a pas ce niveau de précision », explique dans le quotidien, Philippe Laget, inspecteur des impôts. Autre cas de figure relevé par un géomètre : le logiciel aurait pris des bâches bleues pour des piscines.

Dans les Bouches-du-Rhône, les centres des impôts s’attendent à une vague de contestations dans les semaines à venir. Selon les syndicats, le coût du projet, qui était de 20 millions d’euros initialement, s’élève désormais à 40 millions d’euros. Le contrat avec Capgemini pourrait être suspendu d’ici la fin de l’année, rapporte Le Parisien. De leur côté, les contribuables ont la possibilité de contester et de faire une réclamation en cas d’erreur.