Se connecter S’abonner

Impôts : construire une piscine, un investissement qui peut coûter cher

La construction d’une piscine fait augmenter la valeur locative de votre logement et donc la taxe foncière, de 5% à 10% en moyenne.

piscine
Crédit: iStock.

En cette saison estivale qui commence, la piscine refait surface. La France en dénombre plus de trois millions. Et d’ici deux ans, près de 150.000 nouvelles devraient compléter le parc. Si elles symbolisent les vacances, elles représentent un certain coût pour les Français. Sa construction va de pair avec le paiement d’une taxe foncière, indique Figaro Immobilier.

En effet, l’obtention d’une piscine fait augmenter la valeur locative de votre logement et donc la taxe foncière, de 5% à 10% en moyenne. Ce qui correspond entre 50 et 100 € environ, selon la surface du logement, de la piscine et du taux de la taxe foncière appliqué par la commune. Pour être exonéré, il faut avoir une piscine soit gonflable ou démontable.

Une autre taxe vient s’ajouter : la taxe d’aménagement, payable qu’une seule fois, à l’occasion de la délivrance de l’autorisation administrative (permis de construire ou déclaration préalable de travaux). Vous devrez la payer si la surface de votre piscine est supérieure à 10 m². Cette taxe est un impôt prélevé sur tout type de constructions extérieures. Elle s’applique sur les vérandas, les parkings ou encore les cabanes d’une surface supérieure à 5 m² et d’une hauteur sous plafond supérieure ou égale à 1,8 mètre. Et mauvaise nouvelle, en 2022, la taxe d’aménagement a augmenté de 7%. À noter que la base d’imposition forfaitaire s’élève à 200 € par m².

90 jours après construction pour déclarer votre équipement

Une fois les travaux terminés, vous disposez de 90 jours pour déclarer votre équipement aux impôts. Si le timing est respecté, vous serez exonérés de taxe foncière pendant deux ans. En revanche, si vous ne déclarez pas votre piscine dans les temps, un redressement fiscal peut vous être imposé. Le fautif risque également une amende qui peut grimper jusqu’à 150 €. Pour cela, il faut qu’aucune déclaration n’ait été faite dans les délais prescrits, indique la Direction générale des finances publiques.

Parmi les autres sanctions, la cotisation de taxe foncière peut être multipliée jusqu’à quatre. Cela dépend du nombre d’années écoulées entre le 1er janvier de l’année suivant celle de l’achèvement de la piscine et l’année où l’omission a été découverte. Enfin, il est possible que les propriétaires ayant bénéficié d’une exonération temporaire de taxe foncière, voient leur avantage réduit voire supprimé.