Se connecter S’abonner

Taxe d’habitation : dans quelles villes est-elle la plus élevée sur les résidences secondaires ?

Raisonnablement surtaxée dans certaines zones, la taxe d’habitation d’autres localisations touristiques flambe de façon importante.

taxe d'habitation
Crédit : Istock.

Si vous êtes l’heureux propriétaire d’une maison de vacances, il faudra bientôt passer par la case taxe d’habitation. Habituellement payée en novembre, cet impôt a été rehaussé dans plusieurs communes attirant les touristes. Ainsi, certaines villes ont décidé d’appliquer des surtaxes sur les taux communaux, pouvant atteindre un surplus de 60% sur le montant de l’impôt. C’est notamment le cas à Lyon, Saint-Jean-de-Luz ou Biarritz, énumère Le Parisien, lundi 25 juillet.

« On voit bien qu’il y a un besoin de nombreuses communes de rattraper le manque à gagner lié à la suppression de la taxe d’habitation sur les résidences principales, qui se poursuit cet automne pour les 20 % des Français les plus riches », constate Ludovic de Jouvancourt, à la tête de Prello, une entreprise dédiée aux achats de résidences secondaires en groupe qui a établi une liste des villes en observant leurs taux de taxes d’habitation. « Au final, l’écart entre les villes est colossal », amorce-t-il.

Éviter les mauvaises surprises de la taxe d’habitation

Néanmoins, dans certaines villes touristiques, la taxe d’habitation reste raisonnablement surtaxée. Ainsi, à Ouistreham (Calvados), Mallemort et Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône) mais également à Livarot (Calvados) ou encore La Hague (Manche), les taux sont facturés à moins de 10 %. « Ce sont des villes avec une bonne qualité de vie et de gros potentiels, analyse Ludovic de Jouvancourt. Avant de poursuivre : « Ce sont des pépites touristiques et l’enjeu, pour elles, est de rester attractives quand d’autres sont déjà très à la mode et prises d’assaut. »

Cependant, il convient de rester prudent car il n’est pas exclu que les taux y remontent dans quelques années. Dans les villes où les taux communaux s’envolent déjà, la note ne pourra probablement pas grimper encore trop dans les années à venir. « L’idée de notre classement, c’est aussi que les potentiels futurs acheteurs se fassent une idée des dépenses qu’ils devront débourser, poursuit le président de Prello. Ils ne doivent pas avoir de mauvaise surprise. »

Car au-delà d’un prix du mètre carré souvent élevé dans les zones touristiques, il faudra aussi s’honorer de la taxe d’habitation. Pour rappel, en 2020, le montant moyen d’une surtaxe votée dans les communes a fait bondir le prix de l’impôt de 248,5 euros, selon la Direction générale des finances publiques. En 2017, c’était 217 euros. Cette année, la facture devrait peser (encore) un peu plus lourd.