Se connecter S’abonner

Impôt sur le revenu : des millions de contribuables vont être prélevés ce lundi

À partir de ce lundi, près de 11 millions de contribuables vont être débités au titre de l’impôt sur le revenu, pour les augmentations qu’ils n’auraient pas mentionnées en 2021.

impôt
Crédit : iStock.

Ce lundi 26 septembre, des millions de contribuables vont subir un prélèvement automatique de l’administration fiscale. Cela au titre de l’impôt sur le revenu de 2021. Une échéance que l’on peut facilement avoir oubliée puisque désormais le prélèvement à la source sur les salaires ou les pensions de retraite est la règle. Ce système ne permet cependant pas toujours de tenir compte des évolutions de revenus d’une année sur l’autre. Avec le préremplissage de la déclaration fiscale, nombre de contribuables ont pu oublier de mentionner une augmentation de revenus en 2021. C’est pour régulariser cet écart qu’a lieu le « prélèvement de l’impôt sur le revenu-prélèvements sociaux ».

Régularisation de l’impôt sur le revenu

Même s’il vient remédier à une incohérence dans la déclaration, ce prélèvement ne constitue pas un redressement. Il n’y a donc pas de pénalité, mais plutôt une simple régularisation. Ce sont près de 11 millions de contribuables qui devraient être concernés, rappelle BFMTV. Le retrait apparaîtra sur les lignes de compte bancaire sous l’appellation « Solde impôt revenus 2021 N de facture… » et aura pour origine la Direction générale des finances publiques.

Dans la plupart des cas, son montant devrait être inférieur à 300 euros. Pour éviter les régularisations trop brutales pour le portefeuille des Français, l’administration fiscale a mis en place un échéancier. « Si le montant restant à payer de votre impôt est supérieur à 300 euros, la somme due est prélevée en quatre échéances, du 26 septembre au 27 décembre 2022. Si le montant restant à payer est inférieur ou égal à 300 euros, il est prélevé en une seule échéance le 26 septembre 2022 », précise le site du service public.

En 2023, la régularisation en la matière pourrait être moins franche. Le gouvernement a en effet annoncé une indexation du barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation, à 5,3%. Cela permettra aux contribuables dont les salaires ont augmenté en réaction à la hausse des prix de ne pas subir une hausse de leurs impôts supérieure à ces gains.