Se connecter S’abonner

Impôt : comment éviter d’avoir à rembourser une dette fiscale en 2023

Les ménages qui ont déclaré en 2022 pouvoir bénéficier d’un crédit d’impôt pourraient, sans le savoir, contracter une dette fiscale à régler en 2023.

impôt
Crédit : iStock.

Certains contribuables bénéficiant d’un crédit d’impôt pour certains frais ou services pourraient avoir une mauvaise surprise à l’été 2023. Selon l’évolution de leur situation, l’administration fiscale pourra leur réclamer une certaine somme, à titre de régularisation d’un trop-perçu. Il s’agit de la conséquence d’un possible décalage entre les sommes prises en référence par l’administration pour le calcul du crédit en 2022, et la réalité, explique Le Figaro. Il est possible d’éviter cette situation en prévenant le fisc, mais il faut le faire dans un certain délai.

Un crédit d’impôt pour des services qui évoluent

Certains frais, comme les services à la personne (ménage, garde d’enfant, jardinage) les dons à des associations ou les dépenses d’investissement locatif ouvrent en effet le droit à un crédit d’impôt. Afin d’éviter au contribuable d’avancer des frais, une partie de cette somme (60%) est versée par l’administration au mois de janvier. Cependant, ces droits sont calculés en fonction de la dernière déclaration de revenus, remplie au printemps précédent. Les personnes ayant déclaré en mai 2022 avoir droit à un crédit d’impôt seront donc en partie remboursées en janvier 2023.

Cependant, leur situation a pu évoluer depuis. Par exemple, la rentrée scolaire de septembre est souvent une période durant laquelle les services d’aide à la personne peuvent prendre fin. Le versement de janvier peut donc alors être indu en tout ou partie. Si l’administration fiscale constate une telle situation lors de la déclaration suivante, elle réclamera la régularisation durant l’été.

Pour éviter cette dette fiscale, les personnes concernées peuvent ajuster le montant de leur avance ou même la refuser dans la rubrique « Gérer mon prélèvement à la source » de leur espace en ligne. Elles devront le faire avant le 9 décembre pour que la modification soit prise en compte. À noter que si le montant de l’avance est inférieur à 8 euros, elle ne sera pas versée.