Se connecter S’abonner

Vers une flambée de la taxe foncière à Paris

Anne Hidalgo a annoncé une flambée de la taxe foncière à Paris. Les propriétaires se lançant dans des rénovations énergétiques pourront en être exonérés.

Immobilier à Paris
Crédit : iStock.

La maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé lundi 7 novembre qu’elle allait proposer au Conseil de Paris une hausse significative de la taxe foncière. Le taux d’imposition devrait passer de 13,5 % à 20,5 %, soit une hausse de plus de 50 %. Elle devrait même être plus importante puisqu’une hausse de 7 % de la valeur des bases cadastrales est attendue en 2023, précise Le Parisien. L’édile s’était engagée à ne pas toucher à cet impôt, mais la promesse devenait, selon la majorité municipale, intenable.

Une exonération totale de taxe foncière sous conditions

Selon Paul Simondon, adjoint en charge du Budget, la crise énergétique promet à la capitale une hausse des dépenses énergétiques « d’au moins 100 millions d’euros en 2023 ». Anne Hidalgo pointe également l’absence de réponse du gouvernement pour permettre aux communes d’absorber ces hausses tarifaires. Importante, l’évolution de la taxe foncière s’accompagne de mesures d’exonération. Elle devrait être totale pour « les propriétaires rencontrant des difficultés économiques » (titulaires de certaines allocations, seniors de plus de 75 ans…).

Mais aussi les propriétaires « qui, dans les conditions légales, auront entre 2020 et 2026 investi dans la rénovation thermique de leur appartement », précise le communiqué d’Anne Hidalgo. Une mesure qui reste cependant encadrée par le Code des impôts et est donc soumise à conditions, selon Le Parisien. Le bien doit avoir été construit avant 1989. Les travaux doivent, logiquement, renforcer l’isolation thermique du logement, et le montant investi doit être d’au moins 10 000 euros TTC hors main-d’œuvre si les travaux ont été acquittés en 2023. Un montant qui grimpe à 15 000 euros pour les propriétaires ayant procédé à une telle rénovation entre 2020 et 2023.

La taxe foncière n’avait pas augmenté à Paris depuis 2011. À 20,5 %, elle reste inférieure à la moyenne nationale (38,37 % en 2021) et « à la moyenne des grandes villes qui est de 41,61 % », selon le premier adjoint Emmanuel Grégoire. L’opposition dénonce de son côté les conséquences prévisibles d’une gestion désastreuse des finances municipales.