Se connecter S’abonner

L’impôt sur la fortune immobilière a rapporté plus que prévu l’an dernier

Le nouvel IFI a rapporté plus que prévu aux finances publiques, mais deux fois moins que l’ISF, vient de détailler le ministre des Comptes publics.

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a rapporté plus que prévu aux finances publiques l’an dernier, a indiqué mardi le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

L’IFI, mis en place pour remplacer l’impôt sur la fortune (ISF), a rapporté « 2,1 milliards d’euros », soit 600 millions de plus qu’initialement anticipé, a déclaré M. Darmanin lors d’une audition devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale.

A LIRE >>>Impôt sur la fortune immobilière: les SCI plombent l’évaluation !

Dans son projet de loi de finances 2019, voté à l’automne 2018, le gouvernement avait inscrit 1,5 milliard d’euros de recettes pour l’IFI, puis avait revu à la hausse à 2 milliards d’euros son anticipation de recettes, a précisé le ministre.

En 2017, pour sa dernière année de perception avant sa suppression, l’ISF avait rapporté 4,1 milliards d’euros.

Plus de foyers assujettis en 2019

Au total, le nombre de foyers assujettis à l’IFI a augmenté, passant de 132.722 en 2018 à 139.149 en 2019, alors que près de 358.200 foyers étaient assujettis à l’ISF avant sa disparition, a encore détaillé M. Darmanin.

Paris est la ville abritant le plus grand nombre d’assujettis à l’IFI, devant Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et Lyon (Rhône).

A LIRE >>>Ces « effets indésirables » engendrés par la création de l’Impôt sur la fortune immobilière

Le remplacement de l’ISF par l’IFI avec la création du prélèvement forfaitaire unique (PFU) sur les revenus du capital étaient destinés à simplifier la fiscalité du capital et à stimuler l’activité en encourageant les contribuables les plus aisés à investir dans l’économie.

Elles ont suscité de nombreuses critiques, notamment au sein de l’opposition, qui a dénoncé des « cadeaux » faits aux plus riches.