Se connecter S’abonner

Impôt sur la fortune immobilière : le mode d’emploi pour déclarer vos biens

Votre patrimoine immobilier imposable net dépasse 1,3 million d’euros ? Vous devez alors déclarer tous vos biens immobiliers et serez redevables de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Paris
Crédit: iStock.

La campagne de déclaration des revenus de 2020 a démarré et vous vous demandez si vous êtes redevable de l’impôt sur la fortune (IFI) ? C’est le cas si votre patrimoine immobilier imposable net dépasse 1,3 million d’euros. Il faut déclarer tous les biens immobiliers, sauf ceux qui sont considérés comme des biens professionnels. Plusieurs étapes doivent être franchies, notamment l’évaluation de votre bien. En effet, il faut établir la valeur de votre patrimoine vous-même, sauf pour les biens immobiliers détenus sur des supports d’épargne, comme les SCPI, les contrats d’assurance vie et de capitalisation. Dans ce cas, ce sont les établissements qui gèrent vos produits qui vous communiquent les montants.

Pour fixer le prix, il faut retenir celui auquel vous auriez pu vendre le bien au 1er janvier, en fonction de ses caractéristiques propres, soit la situation géographique, la superficie, le standing, ou encore l’état du marché. Plusieurs méthodes existent, mais le calcul par comparaison est privilégié par l’administration fiscale, selon Les Echos. Il existe plusieurs outils, notamment Patrim, accessible depuis votre espace personnel sur impots.gouv.fr. Puis, il vous faudra appliquer les décotes éventuelles en fonction des caractéristiques de votre bien (rez-de-chaussée, terrasse) ou encore s’il ne s’agit pas de votre résidence principale.

Décote de 30% si c’est votre résidence principale

Notez qu’une décote légale de 30% sur la valeur retenue s’applique si le bien est votre résidence principale, sauf si vous la détenez via une société civile immobilière, précise encore le quotidien. Une autre décote est applicable pour les biens détenus en indivision, de 10 à 20%, sauf si un couple marié sous le régime de la séparation habite le bien. En cas de SCI, il est possible d’appliquer une décote d’illiquidité, de l’ordre de 10%, voire de 20% selon les cas.

Certains biens sont exonérés de l’IFI, s’ils sont affectés à votre activité professionnelle. Cependant, il y a plusieurs règles : les biens loués en meublé sont exonérés si 23.000 euros de recettes par an sont retirés de cette activité, et si ces recettes représentent plus de la moitié des revenus professionnels du foyer fiscal, soit les salaires et les bénéfices professionnels, à l’exception des pensions de retraite, précise encore le journal. Autre point, les bois et les forêts, qui peuvent être aussi exonérés en totalité ou partiellement en fonction des conditions, ainsi que les parts de groupements fonciers agricoles (GFA) et viticoles (GFV).

Déduction des dons

Il est aussi possible de déduire vos dons au profit d’organismes d’intérêt général : la réduction de votre IFI sera égale à 75% des dons réalisés, dans la limite de 50.000 euros. L’impôt sur les revenus de 2020 ajouté à l’IFI 2021 doit, cette année, être au-dessous de 75% des revenus perçus en 2020. La différence est déduite du montant de l’IFI si cette somme dépasse les 75%, selon Les Echos.

Autre précision, concernant le passif : il est possible de déduire vos dettes qui existent au 1er janvier, à condition qu’elles portent sur des dépenses concernant les biens imposables (acquisition, réparation, construction…). Sont aussi déductibles certains impôts dus à la propriété des biens, comme la taxe foncière, sauf la taxe d’habitation, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et la quote-part d’impôt foncier et de prélèvements sociaux relatifs à ces biens.